Connect with us

Hi, what are you looking for?

Ici Brazza
[GARD align=« center"]

Congo

Santé : La ministre Mikolo rattrapée par sa gestion hasardeuse du dossier du CHU de Brazzaville

Des travailleurs qui crient la colère face à leurs problèmes toujours sans solutions, une intersyndicale qui se détourne de sa mission de défense des intérêts des travailleurs et soupçonnée de corruption, un directeur général qui fait de l’obstruction face au comité de crise qui tente de « sauver les meubles », des malades quasiment laissés à l’abandon, une ministre apparemment indifférente à la situation et qui garde le mutisme, la situation du CHU de Brazzaville suscite plus que de l’inquiétude et la ministre semble dépassée par les événements.

« Rira bien qui rira le dernier », pourrait dire Gisèle Marie Gabrielle Ambiéro, elle qui fut limogée de la direction du CHU de Brazzaville de la façon la plus vile par la ministre Jacqueline Lydia Mikolo, alors qu’elle tentait de lancer l’alerte sur la situation de ce plus grand hôpital du pays, qui si l’on y prenait garde, allait dans le mur.

Consciente de la gravité de la situation et face à l’inertie de son ministère de tutelle, Gisèle Ambiéro avait tenté de rencontrer le président de la république, en vain.

La suite est connue. Un audit commandé à la va-vite et dont les conclusions à la limite insultantes, largement diffusées par voie de presse, occultaient les problèmes de fond et pointaient le manque de capacités managériales dans la gestion d’un hôpital, fut-il de base, chez Gisèle Marie Gabrielle Ambiéro.

Depuis l’éviction de cette dame qui prenant les congolais à témoin, avait exposé les problèmes qui minaient le CHU et proposé les moyens d’en conjurer la crise, la situation du CHU n’a pas changé. Bien au contraire, elle est allée de mal en pis, en dépit de la nomination à la tête de la structure, de cadres parmi les meilleurs dont le pays dispose en matière de santé.

En dépit du changement de direction au CHU, les mêmes problèmes demeurent

Dire que le problème est ailleurs, Gisèle Marie Gabrielle Ambiéro en avait saisi la mesure, n’en déplaise à sa ministre de tutelle, Jacqueline Lydia Mikolo.

« Un homme, une mission, des moyens » ont coutume de dire les soldats. Cela est valable dans tous les domaines de prestation de services. L’hôpital a besoin du matériel disponible et en bon état, ainsi que de produits divers indispensables, pour que le personnel qui y travaille puisse accomplir correctement sa tache, avec obligation de résultats.

Une fois la tache demandée accomplie, la résultante est que « tout travail mérite un salaire ».

Ces deux principes pour lesquels Gisèle Marie Gabrielle Ambiéro bataillait ferme constituent la pierre d’achoppement de la crise qui couve au CHU et pour laquelle personne n’ose dresser le bilan en terme de morts, chez les malades. Sans doute, seront-ils pris pour des dommages collatéraux à passer par « pertes des familles et profits des pompes funèbres municipales ».

Source: les échos-congobrazza

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A LIRE SUR ICI BRAZZA

International

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a annoncé dimanche son retrait de la vie politique après avoir reconnu sa défaite dès le premier tour de...

Pointe Noire

Cet incident s’est produit dans la soirée du samedi 11 avril, sur le tarmac de l’aéroport international de Pointe-Noire. Cet Airbus A330 d’Air France...

Congo

  Le général de division Guy Blanchard Okoî, chef d’état-major général des forces armées congolaises (FAC) a instruit et ordonné tout le commandement de...

Pointe Noire

Un Chinois a été surpris sur une route du centre-ville de Pointe-Noire le matin du mercredi 18 mars 2020, par le mauvais comportement de...

Copyright © 2020 ICI BRAZZA. Edité par Kair Group.

Aller à la barre d’outils