Reçu par Macron, Ouattara défend le franc CFA, « une monnaie solide »

Le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara ©DR

Le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara ©DR

Le président ivoirien Alassane Ouattara a demandé vendredi, après avoir été reçu par Emmanuel Macron, que « cesse le faux débat » sur le franc CFA, qui est « une monnaie solide, bien gérée et appréciée ».

« J’ai entendu beaucoup de déclarations sur le franc CFA (…) Je ne comprends pas ce faux débat », a déclaré M. Ouattara à la presse à l’issue de l’entretien à l’Elysée. 

Régulièrement critiqué dans les pays africains qui l’utilisent, le franc CFA compte des ennemis jusqu’en Europe où la charge la plus spectaculaire a été récemment lancée par le vice-président antisystème du Conseil italien, Luigi di Maio, qui a accusé la France d’utiliser « le franc des colonies » pour « financer la dette publique française ».

« Le franc CFA est notre monnaie, c’est la monnaie de pays qui l’ont librement choisi, depuis l’indépendance dans les années 60″, a déclaré M. Ouattara. « Elle est solide, elle est appréciée, elle est bien gérée« , a-t-il ajouté, en mettant en avant les taux de croissance des huit pays de l’Afrique de l’ouest qui l’utilisent.

« Nous sommes très, très heureux d’avoir cette monnaie qui est stabilisante », a-t-il assuré, en précisant que des réformes la concernant seraient faites « le temps opportun ».

14 pays (dont 12 anciennes colonies françaises), huit en Afrique de l’Ouest et six en Afrique centrale, utilisent toujours le franc CFA comme monnaie officielle, soit 155 millions de personnes. Sa valeur est indexée sur l’euro (1 euro = 655,96 francs CFA), ce qui maintient les économies africaines dans la dépendance de la politique monétaire européenne.

Au cours de leur entretien, MM. Macron et Ouattara ont également parlé des retards du métro d’Abidjan, dont le chantier avait été inauguré le 30 novembre 2017 par le président français.

Les deux présidents n’ont en revanche « pas parlé » de la situation de l’ex-président Laurent Gbagbo, récemment acquitté par la Cour pénale internationale de crimes contre l’humanité, selon M. Ouattara. « C’est un frère (…), nous attendons la suite », a-t-il dit à propos de son ennemi politique lors de la crise post-élection présidentielle de 2010-2011.

Avec AFP 

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale. Des guerres et conflits à la politique, au sport, au spectacle jusqu’aux grands développements en matière de santé, de sciences ou de technologie.


Tags assigned to this article:
Franc CFAMacronOuattara

Related Articles

Présidentielle au Tchad : réseau internet coupé et SMS suspendus

Les réseaux internet étaient toujours coupés lundi dans N’Djamena au lendemain de la présidentielle au Tchad qui s’est déroulée dans

Fayez al-Sarraj compte sur le Sommet de l’UA à Brazzaville pour une solution à la crise libyenne

Le président du Conseil présidentiel du gouvernement de l’union nationale, Fayez al-Sarraj, a exprimé son espoir que le Sommet de

Violences au Gabon : Jean Ping met sa famille à l’abri à Abidjan, celle de Ali Bongo est au Maroc

Jean Ping, donné perdant à l’élection présidentielle du 27 août au Gabon est prévoyant. Comme s’il s’attendait à une situation

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils