Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
post
Filtrer par catégorie
À la une
Afrique
Angola
Art & Culture
Brazzaville
Cameroun
Can 2015
Can 2017
Centrafrique
Congo
Économie
Gabon
International
Les régions
Les voisins
Pointe Noire
Politique
RD Congo
Sport

RDC – Les premiers selfies de Koffi Olomide depuis sa Cellule à Makala

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

[GARD align=”center”]

Le chanteur  congolais Koffi Olomide reste détenu à la prison centrale de Makala. C’est la décision prise vendredi 29 juillet par le tribunal de grande instance de Gombe. Il sera fixé sur une probable liberté provisoire dans quinze jours, selon Me Francis Okito, avocat de l’NG Femme, jeunes, élections et justice qui avait déposé une dénonciation au niveau du parquet général.

« Le prévenu Koffi a sollicité sa liberté provisoire. Le Tribunal a prorogé la détention de 15 jours », a expliqué Me Francis Okito.

Il indique que son souci est de voir le chanteur comparaitre devant un juge et « répondre des faits qu’il a commis ».

Koffi Olomide est en détention préventive à la prison centrale de Makala depuis le 26 juillet dernier. Il est accusé des coups et blessures volontaires portés contre une de ses danseuses à Nairobi au Kenya.

Jeudi 28 juillet, il avait reçu la visite de ses collègues musiciens, dont la chanteuse Tshala Muana.

Dans une interview accordée à Radio Okapi le même jeudi, l’avocat de Koffi Olomide estime que les faits qui sont reprochés à son client sont douteux car d’après lui, le coup de pied n’avait pas atteint la danseuse.

Chers fans rassurez-vous Je vais bien. #Agbada

Une photo publiée par I AM KOFFI OLOMIDE (@koffiolomide_officiel) le

Il affirme que le dossier est en réalité vide et qu’il s’agit d’un acharnement de son client par tous ceux qui l’accusent.

Un point de vue qui n’est pas partagé par les associations des femmes.

Pour Anny Modi, activiste des droits de la femme, la vidéo qui a circulé a bel et bien montré que Koffi Olomide a soulevé sa jambe avec intention de frapper.

Anny Modi et d’autres défenseurs des droits de la femme demandent à la justice de faire son travail sans état d’âme pour que les droits de cette danseuse soient respectés.

Dans cet extrait de 14’, notre confrère Kaki Akiewa résume ce qu’on peut désormais qualifier de l’affaire Koffi Olomide. Il revient sur son voyage en Nairobi, son expulsion, son interpellation et son transfert à la prison centrale de Makala.

[GARD align=”center”]

Laissez un commentaire