Plus de 264 milliards FCFA de la Banque mondiale pour financer des projets au Congo

Korotoumou Ouattara et Calixte Nganongo face à la presse

Korotoumou Ouattara et Calixte Nganongo face à la presse

L’institution de Bretton Woods vient de renouveler son engagement de poursuivre le financement d’au moins onze projets, dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la protection sociale, de l’agriculture, de la statistique… 

« Nous avons mobilisé environ 458 millions de dollars, soit 264 milliards 305,7 millions francs CFA pour ces projets qui s’étendent sur plusieurs secteurs publics et sur le secteur privé. En plus des projets financés par la Banque mondiale, nous avons un appui budgétaire pour lequel nous sommes en négociation avec le Congo », a indiqué la représentante résidente de la Banque mondiale (BM) au Congo, Korotoumou Ouattara.

Elle a évoqué le sujet de coopération à l’issue d’un tête-à-tête, le 23 janvier à Brazzaville, avec le ministre des Finances et du budget, Calixte Nganongo. À l’occasion, Korotoumou Ouattara a informé le ministre sur l’état d’avancement du dossier du Congo au niveau des instances dirigeantes de la BM. « Parallèlement au Fonds monétaire international, la Banque mondiale mène des discussions sur la matrice des réformes qui sous-tendent l’appui budgétaire », a assuré la représentante. 

Parmi les initiatives que cofinance la BM, le Projet de développement des services de santé (PDDS), qui est dans le deuxième volet de sa mise en œuvre. Le PDDS II a activement participé à l’amélioration, entre autres, de la qualité des services de soins dans le pays même si des difficultés subsistent. En dehors de l’amélioration du secteur sanitaire, ce projet a donné un coup de pouce à la gouvernance et aux performances de l’administration publique.

Lancé officiellement en juillet 2018, le Projet d’appui à l’agriculture commerciale (Pdac) figure aussi parmi les projets de coopération entre le Congo et le groupe de la BM. Le Pdac est financé à hauteur de cent millions de dollars, soit environ cinquante-cinq milliards de francs CFA, avec comme ambition d’accroître la productivité du Congo, de faciliter l’accès aux marchés des groupes de producteurs et des micros, petites et moyennes entreprises agro-industrielles.

Afin de renforcer le système statistique congolais et de mettre en place des capacités statistiques durables, dans l’approche de la gestion axée sur les résultats, le gouvernement congolais et la BM ont mis en place le Projet de renforcement des capacités en statistiques (Pstat). En exécution depuis 2015, ce projet tente, tant soit peu, de redorer l’image du secteur et surtout de rapprocher les utilisateurs des producteurs des données statistiques. Le Pstat est cofinancé par les deux partenaires à hauteur de trente-trois millions de dollars, soit seize milliards cinq cents millions de francs CFA.

Fiacre Kombo

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale



Related Articles

Parfait Kolélas veut une enquête impartiale sur les violences à Brazzaville

Le dirigeant d’opposition congolais Guy-Brice Parfait Kolélas a jugé mardi bizarre la version des autorités de Brazzaville sur les violences

Congo – SNPC : ECOBANK et UBA le danger qui guette ?

Le Congo n’en finit pas de susciter l’ire du FMI. La vérité sur les 914 millions $ de dette qu’a

Congo: Paul Marie Mpouélé lance le Parti des républicains

Leader du mouvement «Sauvons le Congo» et coordonnateur du Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils