Ouverture d’une enquête après des tags sur l’ambassade du Congo à Paris

Façade du consulat du Congo à Paris – 14/11/2018 – ©DR

Une enquête a été ouverte après l’incendie de véhicules devant l’ambassade du Congo à Paris, qui a également été taguée de graffitis dans la nuit de mardi à mercredi.

Une voiture en feu a été signalée dans le XVIe arrondissement de Paris à proximité de l’ambassade du Congo, selon une source proche de l’enquête. Deux autres véhicules ont également été touchés par l’embrasement du premier.

Sur les murs de l’ambassade, des tags hostiles au président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, et favorable à un opposant politique, Jean-Marie Michel Mokoko, ont été peints en rouge: « pas de Sassou en France, Free Mokoko, Sassou n’est pas président, les combattants, free Mokoko ».

L’ambassade du Congo n’était pas joignable pour commentaire. 

L’enquête ouverte pour « destruction par un moyen dangereux » et « dégradations » par le parquet de Paris a été confiée au 1er district de police judiciaire (1er DPJ), selon une source judiciaire.

D’après la vidéosurveillance, le même homme a tracé les inscriptions et incendié les voitures qui n’appartiennent pas à l’ambassade, selon la source proche de l’enquête.

Au pouvoir depuis 1979 au Congo – à l’exception d’une parenthèse de cinq années qu’il a refermée par un coup d’Etat – Denis Sassou Nguesso, 74 ans, a été réélu dans la foulée en 2016 lors d’un scrutin dénoncé par l’opposition.

Principal adversaire de M. Sassou Nguesso, le général Jean-Marie Michel Mokoko est incarcéré depuis mi-2016. Il a été condamné en mai à 20 ans de prison.

Avec AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale. Des guerres et conflits à la politique, au sport, au spectacle jusqu’aux grands développements en matière de santé, de sciences ou de technologie.


Tags assigned to this article:
AmbassadeCongoMokokoParisSassou

Related Articles

Thierry Moungalla: «Mabanckou, c’est l’époque de Tintin au Congo»

Thierry Moungalla, le ministre congolais de la Communication n’a pas du tout apprécié les déclarations de l’écrivain congolais, Alain Mabanckou qui

Brazzaville: Des moyens plus importants pour le ramassage des ordures au marché Total

Avec les critiques de la presse, les autorités locales de Bacongo ont entrepris, depuis, de dégager les ordures qui encombraient

Les pharmaciens du Congo lancent un préavis de grève

Le préavis de grève du Syndicat national des pharmaciens du Congo, lancé le 11 février à Brazzaville, à l’issue de

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils