Le gouvernement congolais réfute les allégations de génocide dans le Pool

Des femmes et enfants déplacés de Kindamba, dans la région du Pool, le 5 juin 2002 au Congo | AFP/Archives |DESIREY MINKOH

Dans une déclaration rendue publique le 11 octobre, à Brazzaville, l’exécutif congolais s’insurge contre les affirmations des activistes nationaux vivant à l’étranger, sur les réseaux sociaux, d’un prétendu génocide dans le département.

Le gouvernement congolais dit avoir saisi ses conseils afin d’engager une action en justice, pour diffamation contre les auteurs de la « mascarade ». Il invite les Congolais à ne pas céder aux sirènes politiciennes d’associations qui, depuis trop longtemps, prennent en otage le département du Pool.

L’exécutif, qui prépare dans la sérénité le rapport qu’il présentera à l’examen périodique universel du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, le 14 novembre prochain, dit poursuivre son action de consolidation du processus de paix dans le Pool, avec l’aide de ses partenaires bilatéraux et multilatéraux.

En outre, il a précisé que les représentants du système des Nations unies ainsi que plusieurs ambassadeurs accrédités au Congo se sont rendus dans ce département et n’ont constaté, à aucun moment, l’existence de traces matérielles ou de suspicions d’un prétendu génocide. 

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
CongogénocideGouvernementPool

Related Articles

Congo: l’ambassadeur de Chine reçoit une copie de la loi créant les zones économiques

Le ministre congolais en charge des zones économiques spéciales, Alain Akouala Atipault, a procédé le 14 juin à Brazzaville à

Congo : vers la validation d’un plan renforcé de surveillance des maladies et de riposte 2018-2022

Le document sera validé au terme de l’atelier qui réunit, du 8 au 10 octobre à Brazzaville, des cadres congolais

Pointe Noire – Inondation : le malheur des habitants du CQ118 zone CTI perdure

Les habitants du quartier CQ118 au KM4 dans le 1er arrondissement, Émeri Patrice Lumumba, vivent un véritable calvaire depuis l’an dernier

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils