Le général Mokoko refuse de « plier » pendant son procès au Congo-Brazzaville

Le général Mokoko, ex-candidat à la présidentielle de 2016, à Brazzaville, le 7 mai 2018.

Le général Mokoko, ex-candidat à la présidentielle de 2016, à Brazzaville, le 7 mai 2018.

« Ce n’est pas à la justice que j’ai affaire, mais à l’arbitraire », a lancé le général congolais Jean-Marie Michel Mokoko, actuellement jugé à Brazzaville pour « atteinte à la sûreté de l’Etat », en prévenant qu’il ne « plierait pas ».

L’ex-chef d’état-major et ex-conseiller du président Denis Sassou Nguesso, qu’il avait défié à la présidentielle de 2016, accuse « la dictature » de vouloir l' »achever par un simulacre de procès inique », dans une lettre datée du 8 mai dont l’AFP a obtenu une copie.

« Quoi qu’il advienne en ce qui me concerne, je ne céderai sur rien, je ne plierai pas », conclut-il alors que les réquisitions sont attendues vendredi dans son procès commencé lundi devant la cour criminelle.

Avec ses avocats, le général Mokoko a choisi de ne pas s’exprimer aux audiences, estimant qu’il bénéficie d’une immunité juridique en vertu d’un décret de 2001 qui lui confère le statut de « dignitaire de la République ».

La Cour suprême a rejeté cette immunité, selon un avocat qui défend l’Etat congolais dans ce procès.

Il est aussi poursuivi pour détention d’armes et troubles à l’ordre public.

Mardi, la cour a diffusé une vidéo datant de 2007 dans laquelle le général semble comploter avec d’autres interlocuteurs pour la préparation d’un coup d’Etat contre le président Sassou Nguesso.

Cette vidéo avait été rendue publique en 2016 quand le général Mokoko avait lancé sa candidature à la présidentielle.

L’officier avait terminé troisième de la présidentielle (moins de 14% des voix) marquée par la réélection contestée dès le premier tour du président Sassou Nguesso, qui cumule près de 35 ans de pouvoir.

Après ce vote, il n’avait pas reconnu la victoire du président sortant et appelé avec d’autres candidats à la « désobéissance civile ». Ses avocats démentent toute tentative de coup d’Etat.

A Brazzaville mercredi soir, deux militants du mouvement citoyen Ras-le-bol ont été arrêtés, d’après le coordonnateur adjoint Charlin Kinouani.

Le coordonnateur Franck Nzila Malembe et l’activiste Luce Ngangoue ont été emmenés à bord de voitures banalisées alors qu’ils placardaient des affiches « Libérez les prisonniers politiques » devant la cathédrale de Poto-Poto, selon cette même source.

Avec AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale. Des guerres et conflits à la politique, au sport, au spectacle jusqu’aux grands développements en matière de santé, de sciences ou de technologie.


Tags assigned to this article:
Congo-BrazzavilleLe général Mokokoprocès

Related Articles

Congo : Le général Jean-Marie Michel Mokoko reste en prison, liberté provisoire refusée

Le général Jean-Marie Michel Mokoko, candidat malheureux à la présidentielle du 20 mars, inculpé et détenu depuis mi-juin pour « atteinte

Vingt cas décès à cause de la rougeole signalés au Congo – Brazzaville

Le ministre de la Santé et de la Population, François Ibovi, a alerté le 3 avril sur les 652 cas

Brazzaville : l’école primaire de Mfilou est dans un état de délabrement

Couverte à moitié  par une toiture incomplète et construite en planches locales, cette école comprend trois salles de classe au lieu dessix

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils