Le Congo veut s’appuyer sur le Maroc, pour l’émergence de son artisanat

La Semaine du Maroc au Congo

Une vue de la salle lors de la conférence de presse

La délégation marocaine, conduite par le chargé d’Affaires au Congo, Addellatif Seddafi, a affirmé la disponibilité de leur pays d’accompagner la République du Congo à labéliser ses produits pour les rendre visibles sur le marché international. Elle l’a dit lors d’une conférence de presse animée le 19 juin, à Kintélé, dans le cadre de « La Semaine du Maroc au Congo ».

Le royaume chérifien se propose d’apporter son expertise technique dans l’élaboration des normes recommandées. « Un produit qui n’a pas un label qui indique sa provenance n’existe pas sur le marché. Et c’est le cas de beaucoup de produits africains en vente, notamment dans notre pays », a fait remarquer Hassan Chouikh, directeur de la formation professionnelle et continue des artisans au Maroc.

Pour le développement de leur zone de compétence, les artisans congolais ont également besoin d’une formation de qualité qui prendra en compte les trente-deux branches d’activités à leur actif. A ce propos, le Maroc se dit de même disposé à transmettre son savoir-faire dans le domaine.

Signalons que l’artisanat constitue la principale source de revenus pour 20% de la population marocaine, soit 2,3 millions d’habitants, avec un chiffre d’affaires annuel estimé à vingt-quatre milliards de dirham. Ce secteur participe à hauteur de 7 voire 8% dans le produit intérieur brut national.

Organisée sur le thème « Le Maroc, modèle économique en Afrique : pour une économie solidaire et une intégration régionale », la première édition de la Semaine de ce pays au Congo représente, pour Addellatif Seddafi, le couronnement des accords établis entre les autorités des deux pays.

C’est aussi une occasion pour les deux peuples de partager leurs expériences en vue de mieux asseoir des pistes de collaboration. « Nous sommes déterminés à mettre en pratique une nouvelle façon de bâtir l’Afrique », a-t-il déclaré.

Rappelons qu’en République du Congo, l’artisanat est un secteur vital pour l’économie nationale, l’un des domaines pourvoyeurs d’emplois. Il souffre malheureusement d’un manque d’accompagnement spécifique, d’accès aux facteurs de production essentiels et de renforcement de capital productif, surtout de financements.

Lopelle Mboussa Gassia

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
Addellatif SeddafiCongoMaroc

Related Articles

Congo – Diables rouges : Valdo, nouveau sélectionneur des juniors et Cadets

Candido Filho (Valdo) a paraphé le 28 février à Brazzaville,  son contrat de trois ans avec le ministère des Sports

Congo: Sassou N’guesso va-t-il se prononcer sur le débat constitutionnel?

Comme de coutume, le message de vœux de nouvel an du chef de l’Etat est fiévreusement attendu. Après avoir écouté

Congo : Deux élèves foudroyés à l’école du marché de Dolisie

La forte pluie qui s’est abattue sur la ville de Dolisie, la capitale départementale du Niari (sud) et environs dans

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils