Connect with us

Hi, what are you looking for?

Ici Brazza
[GARD align=« center"]

International

Le Burundi accuse les Etats-Unis de s’ingérer dans ses affaires intérieures

Pierre Nkurunziza

Pierre Nkurunziza

Le Burundi a accusé mercredi les Etats-Unis de s’ingérer dans ses affaires intérieures, au lendemain de la publication d’un communiqué par le Département d’Etat américain sur ce petit pays est-africain en proie à une crise politique.

Selon un communiqué du ministère burundais des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale, la position du gouvernement américain sur le Burundi « ne peut pas occulter le fait qu’elle cache mal l’ingérence de cet Etat dans les affaires intérieures d’un Etat souverain ».

Le communiqué indique qu’il s’agit d’une violation flagrante de la Charte des Nations Unies, de l’Acte Constitutif de l’Union africaine (UA), rappelant que cette dernière avait exprimé « son attachement au respect de la souveraineté et de l’indépendance du Burundi, conformément à la Constitution burundaise, à l’Acte constitutif de l’UA et à la Charte des Nations Unies ».

Mardi, date à laquelle s’est tenu le premier tour de l’élection présidenielle burundaise, le Département d’Etat américain a déclaré dans un communiqué que l’élection tenue dans les conditions actuelles au Burundi « ne sera pas crédible et discréditera davantage le gouvernement » burundais.

« Les tentatives du gouvernement du Burundi de refuser aux citoyens la possibilité de choisir librement leurs dirigeants, sans intimidation et la menace de la violence, va forcer les Etats-Unis à revoir tous les aspects de notre partenariat pas encore suspendu, y compris l’imposition de restrictions sur les visas pour les responsables (…) qui favorisent l’instabilité au Burundi par la violence », avertit le communiqué du Département d’Etat américain.

Le ministère burundais des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale a par ailleurs rejeté les critiques du Département d’Etat américain, qui a exprimé sa profonde inquiétude sur le fait que le gouvernement burundais n’a pas approuvé l’entrée de la mission des observateurs des droits de l’homme de l’UA avant l’élection présidentielle.

« Contrairement à l’opinion répandue par le communiqué en question du Département d’Etat, la mission n’est pas liée aux élections. Elle a eu un mandat de surveiller la situation des droits de l’homme sur le terrain », indique le communiqué.

Selon le communiqué du gouvernement burundais, les premiers éléments de la mission des observateurs de l’UA ont obtenu les visas mardi à Addis-Abeba et « sont attendus le 22 juillet 2015 à Bujumbura ».

(Xinhua)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A LIRE SUR ICI BRAZZA

International

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a annoncé dimanche son retrait de la vie politique après avoir reconnu sa défaite dès le premier tour de...

Pointe Noire

  Cet incident s’est produit dans la soirée du samedi 11 avril, sur le tarmac de l’aéroport international de Pointe-Noire. Cet Airbus A330 d’Air...

Congo

  Le général de division Guy Blanchard Okoî, chef d’état-major général des forces armées congolaises (FAC) a instruit et ordonné tout le commandement de...

Pointe Noire

Un Chinois a été surpris sur une route du centre-ville de Pointe-Noire le matin du mercredi 18 mars 2020, par le mauvais comportement de...

Copyright © 2020 ICI BRAZZA. Edité par Kair Group.

Aller à la barre d’outils