Connect with us

Hi, what are you looking for?

Ici Brazza
[GARD align=« center"]

Brazzaville

La vente à la sauvette gagne les quartiers de Brazzaville

Image illustrative

Des commerçants sillonnent de ruelles après ruelles pour écouler plus facilement leurs marchandises. Un choix, selon eux, plus prolifique que la vente sur place qui consiste à attendre que le client vienne vers soi.

Poussant une brouette ou portant une cuvette sur la tête, c’est le plus souvent à partir de 6 h du matin qu’on peut déjà entendre les vendeurs ambulants. Légumes, avocats, pain, etc., sont proposés aux cris en lingala ou kituba de « ndounda yango oyo eleki », « avocat eleki, avocat me louta » ou « mapa moto»… Ce choix de vente, parfois épuisant, est quasiment pratiqué par de jeunes femmes qui y voient un gain pour subvenir aux besoins familiaux.

« Je suis veuve et mère de quatre petits enfants. Attendre que la clientèle vienne à moi n’est pas toujours facile au regard de la panoplie de vendeurs de pains dans nos quartiers. C’est alors que j’ai décidé de circuler dans les ruelles avec ma brouette remplie de pains pour les écouler un peu plus vite. La rentabilité est bien meilleure que lorsque je vendais devant ma parcelle. Je connais moins de perte qu’avant et cela me permet de mieux m’occuper de mes enfants », nous a confié Jeannette, exerçant son activité à Nkombo, dans le 9e arrondissement de Brazzaville, Djiri.

Les femmes aux foyers et mères de famille, quant à elles, louent l’initiative car cela les épargne des déplacements vers le grand marché pour se procurer ces denrées. « Les produits sont frais, de bonne qualité et à un coût abordable », lancent-elles.

Par ailleurs, on y voit petit-à-petit des enfants se lancer dans cette activité. Parmi les raisons évoquées, certains d’entre eux soutiennent simplement accompagner leurs mères dans ce commerce. D’autres, par contre, âgés entre 13 et 17 ans, stipulent que c’est pour subvenir à de petits besoins personnels qu’ils le font.

« C’est volontairement que j’ai décidé de vendre des avocats. J’ai débuté en mi-juillet et avec cet argent que j’économise, je pourrai acheter une partie de mes fournitures scolaires. Il y a de quoi en être fier ! Un véritable souvenir de vacances en dehors des cours d’anglais que je suis en train d’apprendre également », témoigne Amour, élève en classe de 4e, résidant à Makabandilou.

C’est dans des quartiers tels Ouenzé, Nkombo, Massengo, Soprogi, Domaine, Congo Chine, Makabandilou, etc., que les vendeurs ambulants sont assez fréquents. On n’y voit pas que des Congolaises car certaines étrangères telles que les Kinoises figurent sur la grille.

Merveille Atipo

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A LIRE SUR ICI BRAZZA

International

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a annoncé dimanche son retrait de la vie politique après avoir reconnu sa défaite dès le premier tour de...

Pointe Noire

Cet incident s’est produit dans la soirée du samedi 11 avril, sur le tarmac de l’aéroport international de Pointe-Noire. Cet Airbus A330 d’Air France...

Congo

  Le général de division Guy Blanchard Okoî, chef d’état-major général des forces armées congolaises (FAC) a instruit et ordonné tout le commandement de...

Pointe Noire

Un Chinois a été surpris sur une route du centre-ville de Pointe-Noire le matin du mercredi 18 mars 2020, par le mauvais comportement de...

Copyright © 2020 ICI BRAZZA. Edité par Kair Group.

Aller à la barre d’outils