La crise kényane confiée au président Sassou N’Guesso par ses homologues des Grands Lacs

Le président congolais, Denis Sassou N'Guesso

Le président congolais, Denis Sassou N’Guesso

La crise électorale kényane s’est invitée au 7e sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs sur la sécurité dans la région, qui se tenait ce jeudi à Brazzaville, capitale de la République du Congo.

Fraichement désigné nouveau président de l’organisation, le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso, a été prié par ses homologues des Grands Lacs de se rendre au Kenya avant la présidentielle du 26 octobre pour y tenter une médiation devant conduire à des élections pacifiques.

Le Kenya traverse une période tumultueuse à quelques jours de cette échéance électorale, décrite comme celle de tous les dangers. Alors que la présidentielle du 8 août a été annulée par la Cour suprême en raison de fraude, celle reprogrammée au 26 octobre semble également menacée. Le leader de l’opposition Raila Odinga a refusé d’y prendre part, relevant le manque de “crédibilité” de la Commission électorale.

De son côté, le président sortant Uhuru Kenyatta a martelé que la présidentielle se tiendra à la date indiquée, et qu’un gouvernement de coalition n’est nullement envisageable.

Jusque-là, le président Kenyatta a rejeté les éventualités d’une médiation internationale, assurant que son pays n’est pas en crise.

Avec Africanews

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
Grands LacsSassou N'guesso

Related Articles

Le Congo adopte un projet de budget 2017 de plus de 2744 milliards FCFA

Le gouvernement congolais a adopté au cours de sa réunion hebdomadaire du vendredi, le projet de budget 2017 équilibré en

Déclaration des Chefs d’Etat réunis lors du 1er Sommet sur le bassin du Congo

Voici le texte intégral de la Déclaration des Chefs d’Etat et de Gouvernement réunis dans le cadre du Premier Sommet

Burundi: l’ancien chef d’état-major de l’armée assassiné

Le général Adolphe Nshimirimana, bras droit du président burundais Pierre Nkurunziza et chef de la sécurité intérieure, a été tué

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils