La Chine veut relancer les activités de l’usine textile de Kinsoundi à Brazzaville

[GARD align=« center »]

©DR

Le ministre de l’Economie et du portefeuille public, Gilbert Ondongo, a signé, le 13 septembre à Brazzaville, avec le directeur général du Fonds national de développement du Congo (FNDC), Huo Kouyin, un protocole d’accord relatif à la réalisation du projet qui sera exécuté sur les cendres de l’ex-Société des textiles du Congo (Sotexco), à Kinsoundi, dans l’arrondissement 1, Makélékélé.

Le projet consiste à construire une usine de grande envergure, comportant les sections suivantes : réception et traitement du coton; filature; coloration et impression; conditionnement et stockage, enfin le service technique. Il pourrait bénéficier d’autres sites qui lui seront concédés par l’Etat congolais, selon l’évolution de ses activités.

Cette société anonyme pourra aussi développer et exercer d’autres activités connexes telles la chaîne de production de pagnes et serviettes.

« Les participations, au capital de la société, seront pour le Congo, sous forme d’apports en nature, constitués des terrains et des bâtiments existants. Pour le FNDC et la nouvelle Ronghua textile, l’apport sera en numéraires et en moyens techniques », indique le protocole d’accord. Le document relève que les capitaux seront affectés à la construction de l’usine et à l’acquisition des équipements et matériels d’exploitation. Ils couvriront également les besoins en fonds de roulement nécessaires à l’exploitation de l’usine.

[GARD align=« center »]

« Le fonds veut promouvoir l’économie du Congo ce, le plus vite que possible. Les ingénieurs chinois sont déjà prêts pour mettre en exécution le projet. Si les secteurs de l’industrie et des transports sont développés, le problème de l’économie congolaise sera réglé », a indiqué le directeur général du FNDC, dont la mission est de promouvoir l’investissement public et privé chinois en République du Congo.

Le gouvernement s’engage, pour sa part, à assurer, entre autres, des expropriations nécessaires dans le respect des lois et réglementations en vigueur puis, à mettre en œuvre des facilités pour l’importation des matériels et équipements nécessaires à la réhabilitation, modernisation et extension des actifs de l’ex-société des textiles.

Outre le protocole d’accord, les deux parties ont également signé un mémorandum concernant le développement d’une société d’entretien des voies navigables au Congo.

La coopération entre la Chine et le Congo, palpable par des nombreuses constructions des infrastructures, servirait ainsi à donner des emplois durables aux Congolais et encourager l’investissement.

Lopelle Mboussa Gassia

[GARD align=« center »]

Partagez cet articles

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

En continu

Suivez-nous

Newsletter

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater

Ici Brazza
Logo
Enable registration in settings - general