La Chine veut relancer les activités de l’usine textile de Kinsoundi à Brazzaville

©DR

Le ministre de l’Economie et du portefeuille public, Gilbert Ondongo, a signé, le 13 septembre à Brazzaville, avec le directeur général du Fonds national de développement du Congo (FNDC), Huo Kouyin, un protocole d’accord relatif à la réalisation du projet qui sera exécuté sur les cendres de l’ex-Société des textiles du Congo (Sotexco), à Kinsoundi, dans l’arrondissement 1, Makélékélé.

Le projet consiste à construire une usine de grande envergure, comportant les sections suivantes : réception et traitement du coton; filature; coloration et impression; conditionnement et stockage, enfin le service technique. Il pourrait bénéficier d’autres sites qui lui seront concédés par l’Etat congolais, selon l’évolution de ses activités.

Cette société anonyme pourra aussi développer et exercer d’autres activités connexes telles la chaîne de production de pagnes et serviettes.

« Les participations, au capital de la société, seront pour le Congo, sous forme d’apports en nature, constitués des terrains et des bâtiments existants. Pour le FNDC et la nouvelle Ronghua textile, l’apport sera en numéraires et en moyens techniques », indique le protocole d’accord. Le document relève que les capitaux seront affectés à la construction de l’usine et à l’acquisition des équipements et matériels d’exploitation. Ils couvriront également les besoins en fonds de roulement nécessaires à l’exploitation de l’usine.

« Le fonds veut promouvoir l’économie du Congo ce, le plus vite que possible. Les ingénieurs chinois sont déjà prêts pour mettre en exécution le projet. Si les secteurs de l’industrie et des transports sont développés, le problème de l’économie congolaise sera réglé », a indiqué le directeur général du FNDC, dont la mission est de promouvoir l’investissement public et privé chinois en République du Congo.

Le gouvernement s’engage, pour sa part, à assurer, entre autres, des expropriations nécessaires dans le respect des lois et réglementations en vigueur puis, à mettre en œuvre des facilités pour l’importation des matériels et équipements nécessaires à la réhabilitation, modernisation et extension des actifs de l’ex-société des textiles.

Outre le protocole d’accord, les deux parties ont également signé un mémorandum concernant le développement d’une société d’entretien des voies navigables au Congo.

La coopération entre la Chine et le Congo, palpable par des nombreuses constructions des infrastructures, servirait ainsi à donner des emplois durables aux Congolais et encourager l’investissement.

Lopelle Mboussa Gassia

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
BrazzavilleChineCongoKinsounditextile

Related Articles

Congo – Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 13 décembre 2018

Le Conseil des ministres s’est réuni ce jeudi 13 décembre 2018 au Palais du peuple, sous la très haute autorité

RDC – Transport aérien : Une trentaine d’agents de Congo Airways licenciés

La difficulté à rémunérer un effectif d’environ quatre cents agents disséminés à travers le territoire national serait à la base

Congo : vers un réseau hydroélectrique de 25.000 mégawatts

La société chinoise Global Energy interconnection development and Cooperation Organization projette de créer au Congo à l’horizon 2050, un réseau

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils