Interconnexion des Etats africains : Les ministres des télécommunications de l’Afrique Centrale attendus à Brazzaville

Un jeune homme tient un smartphone dans ses mains (image d’illustration).
© GettyImages/Maskot

Du 26 février au 1er mars 2019, Brazzaville abrite la réunion ministérielle d’adoption du plan d’action consensuel de déploiement des infrastructures de communications électroniques de l’Afrique Centrale (PACDICE-AC) et du cadre institutionnel de sa mise en œuvre.

Cette réunion qui intègre le processus de construction et de développement des infrastructures essentielles à l’intégration régionale, se propose de soumettre à la l’adoption des ministres, d’une part du projet de Plan d’Action Consensuel de Déploiement des Infrastructures de Communications Electroniques (PACDICE-AC) qui regorge l’ensemble des projets d’infrastructures transfrontaliers de la communauté et de l’autre part du cadre institutionnel de sa mise en œuvre.

Le plan d’action qui sera adopté à l’issue de ces travaux à huis-clos des ministres en charge des télécommunications dotera l’Afrique Centrale d’un schéma directeur d’interconnexion transfrontalière qui lui faisait jusque-là défaut. Ce document indispensable à la mobilisation des ressources auprès des partenaires, est la somme des projets d’infrastructures de communications électroniques de l’Afrique centrale.

Les ministres de la CEEAC en charge des télécommunications examineront ces différents documents dans leur version tenant compte de toutes les évolutions intervenues dans les Etats membres dans le développement des infrastructures Large Bande et des recommandations formulées par les Experts des Etats membres au cours de la réunion de validation. 

De ce point de vue, la réunion ministérielle sera, alors, précédée des travaux des experts des Etats membres. En séance plénière, deux jours durant les experts s’assureront que les différentes recommandations formulées par les experts des Etats membres de la CEEAC au cours de la réunion de validation du PACDICE-AC tenue en juillet 2012 à Douala ont bien été intégrées, que le contenu du PACDICE-AC en ce qui concerne l’état des pays membres est conforme à l’existant, que l’ensemble des projets d’interconnexion transfrontalières pour chaque pays avec les Etats voisins de la communauté et d’autres communautés économiques régionales ont bien été pris en compte, et, enfin, que chaque Etat membre se retrouve sur les projets d’infrastructures sous tendant le développement de l’économie numérique, ainsi identifiés dans le PACDICE.

A l’évidence, la réunion de Brazzaville s’inscrit dans la perspective visant à traduire dans les faits l’engagement des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’union Africaine pris en marge de la XIVème session ordinaire de l’organisation continentale de Janvier-février 2009. Une volonté réitérée en 2012, relayée par les dirigeants de la CEEAC, la même année, recommande le renforcement des programmes nationaux et la coopération régionale pour le développement et l’interconnexion des infrastructures panafricaines Large Bande, la création de points d’échanges Internet régionaux.

En somme, tout devrait concourir à la concrétisation de la politique Régionale de l’édification de véritables société et économie de l’information, ainsi que la stratégie régionale de développement des infrastructures et des réseaux large bande de communications électroniques en Afrique centrale.

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
BrazzavilleInterconnexion

Related Articles

Congo : 8 corps abandonnés depuis 2017 à la morgue municipale de Dolisie pour insolvabilité

Dans un communiqué de la Mairie de la troisième ville du Congo, il est porté à la connaissance de l’opinion

Indépendance du Congo : un défilé militaire et civil sous le signe du devoir et du sacrifice

Le défilé militaire et civil du 15 août 2017 à Brazzaville a eu pour thème  » le sens du devoir

Congo : le gouvernement verse 478 millions de dollars à ses créanciers

Le gouvernement congolais a remboursé le 8 août  une partie de sa créance, équivalant à 21 millions d’eurobond, un moment

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils