Gabon : la Cour constitutionnelle dissout l’Assemblée et exige la démission du gouvernement

Marie-Madeleine Mborantsuo, la présidente de la Cour constitutionnelle gabonaise

Marie-Madeleine Mborantsuo, la présidente de la Cour constitutionnelle gabonaise

La Cour constitutionnelle gabonaise a dissous l’Assemblée nationale lundi, en demandant la démission du gouvernement, alors que le Gabon devait organiser des élections législatives avant fin avril, a annoncé la présidente de cette juridiction.

La Cour précise que le mandat des députés prend fin et que le chef de l’Etat doit procéder à la nomination d’un nouveau gouvernement qui sera uniquement responsable devant le président de la République, a indiqué la présidente de cette institution, Madeleine Mborantsuo.

« Force est de constater que le gouvernement n’a pas pu accomplir les missions qui lui sont dévolues, notamment la révision de la liste électorale depuis 2017 et la mise en place du Centre gabonais des élections, depuis janvier 2018 », a ajouté Mme Mborantsuo dans une déclaration dont l’AFP a obtenu copie.

Selon la Cour, le gouvernement a surtout échoué dans l’organisation des législatives au plus tard le 30 avril, après deux reports de ces élections depuis décembre 2016 que les commentateurs expliquent par les remous suscités par la présidentielle d’août 2016 dont les résultats donnant le président sortant Ali Bongo Ondimba vainqueur sont contestés par l’opposition.

Le Parlement gabonais était donc considéré comme « illégitime » depuis dimanche 29 mars, les législatives n’ayant pas été tenues dans les temps fixés par la Cour constitutionnelle qui a décidé de transférer les pouvoirs de l’Assemblée nationale au Sénat jusqu’à la proclamation par la Cour des résultats des législatives.

La date des législatives sera annoncée par la Cour après avoir été saisie par le Centre gabonais des élections (CGE), une instance rassemblant des membres de la majorité et de l’opposition qui vient de se mettre en place et doit prêter serment mercredi devant la Cour.

Le CGE remplace la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap) qui avait validé les résultats de l’élection présidentielle d’août 2016.

Avec AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale. Des guerres et conflits à la politique, au sport, au spectacle jusqu’aux grands développements en matière de santé, de sciences ou de technologie.


Tags assigned to this article:
Cour constitutionnelledémissionGabonGouvernement

Related Articles

Présidentielle au Tchad: le président sortant Idriss Déby Itno réélu avec 61,56%

Le chef de l’Etat tchadien Idriss Deby Itno a été réélu pour un cinquième mandat au premier tour de la

Togo: l’ONU estime que l’élection présidentielle du 25 avril était  » libre , crédible et inclusive « 

  L’élection présidentielle du 25 avril au Togo, officiellement remportée par le chef de l’Etat sortant Faure Gnassingbé mais contestée

Le Japon s’engage à investir 30 milliards de dollars en Afrique

Industrialisation de l’Afrique, amélioration des soins de santé et stabilité du continent: la grand-messe des relations nippo-africaines s’est ouverte samedi

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils