France : La carte bancaire fait aussi son entrée dans les églises des pasteurs congolais

carte bancaire

©DR

La quête numérique. Plusieurs églises tenues par des pasteurs congolais de Kinshasa ou de Brazzaville, en région parisienne, ont franchi le pas depuis quelques mois. Un service rendu aux fidèles utilisant de moins en moins les billets et les pièces de monnaie. Qui ne s’est pas retrouvé un jour, au cœur d’une célébration, sans pièce à déposer dans la corbeille passant de main en main ?

On n’arrête décidément pas le progrès : pour tenter de redonner un peu plus de vigueur aux dons du culte, les pasteurs congolais ont décidé d’accepter les cartes bancaires.

Conséquence de l’insécurité, de moins en moins des chrétiens transportaient sur eux d’importantes sommes d’argent destinées aux offrandes et dîmes de l’Eglise.

A leur place, tous les dimanches, les fidèles trouvent des lecteurs des cartes bancaires dans lesquels ils peuvent introduire leur carte bancaire et indiquer le montant de leur obole.

La carte bancaire est, de plus en plus, le mode de paiement préféré en France, loin devant les chèques en sérieuse perte de vitesse.

Les modes de consommation changent. Signe qui ne trompe pas : l’Église, elle-même, s’y met à son tour.

Les fidèles n’ont pas été surpris par cette petite révolution.

Drôle d’époque !

Jean-Jacques Jarele SIKA

Avec Les Echos du Congo Brazzaville

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
carte bancaireFrancepasteurs congolais

Related Articles

Le Gabon lance son visa électronique, une mini-révolution

Le Premier ministre gabonais, Daniel Ona Ondo, a officiellement lancé jeudi à Libreville le service de visa électronique ou l’E-visa

VIDÉO – France : François Hollande s’est rendu au chevet de Théo, à l’Hôpital où le jeune congolais est soigné

L’exécutif s’est efforcé mardi d’apaiser les esprits dans l’affaire d’Aulnay-sous-Bois où des violences policières contre un jeune homme, Théo, ont

« Dirty diesel » : le scandale des carburants toxiques suisses vendus à l’Afrique

Des sociétés de négoce suisses sont accusées jeudi d’exporter en Afrique des carburants toxiques par l’ONG Public Eye, anciennement connue

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils