Connect with us

Hi, what are you looking for?

Ici Brazza
[GARD align=« center"]

Brazzaville

Dialogue National : D’après l’opposition congolaise, Sassou avance toujours masqué

Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso

Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso

Au Congo-Brazzaville, à peine annoncé, le dialogue national voulu par le président Sassou-Nguesso fait déjà polémique. Plusieurs semaines après des consultations boycottées par l’opposition, le chef de l’Etat a annoncé un dialogue du 11 au 15 juillet. Au menu : comment organiser au mieux les prochains scrutins et, faut-il faire évoluer les institutions ? Une commission préparatoire sera chargée de préparer l’échéance. Beaucoup voient dans cette annonce un nouveau coup de poker du président Sassou-Nguesso, avec comme objectif : organiser un référendum constitutionnel pour se maintenir au pouvoir.

Denis Sassou-Nguesso marche sur des œufs. Selon une bonne source, les violences autour du baccalauréat et de la défaite des Diables rouges à la dernière CAN, l’organisation en septembre des 50e jeux africains et enfin la tension au Burundi, font que le président ne peut pas encore parler de référendum.

D’après l’opposant Paul-Marie Mpouélé, le président avance toujours masqué. Le coordonnateur du Frocad promet d’ailleurs un boycott si l’opposition ne participe pas à la préparation du dialogue et si l’ordre du jour ne se limite pas uniquement à la gouvernance électorale. Un risque de boycott que déplore El-Hadj Djibril Bopaka, président de la plateforme l’Œil du peuple. Pour lui, les concertations doivent être inclusives et dégager un calendrier. Même s’il regrette un dialogue trop court.

Cinq jours qui, selon un expert, montreraient que tout est déjà acté. L’initiative servirait juste à constater les divergences et convoquer un référendum pour trancher. Enfin, pourquoi annoncer ce dialogue maintenant ? Le député RDPS Mabio Mavoungou Zinga y voit une volonté de plaire à la France, alors que Denis Sassou Nguesso pourrait se rendre à Paris la semaine prochaine.

Du déjà vu, dit une source, rappelant qu’une initiative similaire avait été annoncée lorsque Nicolas Sarkozy était à Brazzaville en avril 2009. Pour le député Zinga, en voulant éteindre l’incendie, le président congolais ne ferait qu’attiser le feu.

Par RFI

1 Comment

1 Comment

  1. KINDARA

    2 juillet 2015 at 13 01 15 07157

    BONJOUR JE DESIR ETRE INFORMER DE TOUTTE ACTUALITER

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A LIRE SUR ICI BRAZZA

Pointe Noire

Cet incident s’est produit dans la soirée du samedi 11 avril, sur le tarmac de l’aéroport international de Pointe-Noire. Cet Airbus A330 d’Air France...

Congo

  Le général de division Guy Blanchard Okoî, chef d’état-major général des forces armées congolaises (FAC) a instruit et ordonné tout le commandement de...

Pointe Noire

Un Chinois a été surpris sur une route du centre-ville de Pointe-Noire le matin du mercredi 18 mars 2020, par le mauvais comportement de...

International

Des secteurs essentiels comme celui de l’agriculture souffrent du manque de main-d’oeuvre qui menace les récoltes. Un décret va permettre la régularisation d’environ 200.000...

Copyright © 2020 ICI BRAZZA. Edité par Kair Group.

Aller à la barre d’outils