Congo : Une centaine de prisonniers politiques arrêtés à Brazzaville

Maison d'arrêt de Brazzaville

Maison d’arrêt de Brazzaville

Il y aurait actuellement une centaine de prisonniers politiques à Brazzaville, essentiellement arrêtés dans la période du référendum constitutionnel de 2015 et de l’élection présidentielle de 2016, selon plusieurs ONG, dont l’Observatoire congolais des droits de l’homme.

Le président congolais Denis Sassou-Nguesso a souhaité que le procès «des personnes en garde à vue prolongée pour atteinte à la sûreté de l’Etat et détention d’armes de guerre » se déroule au premier trimestre 2018.

Au nombre de ces détenus figurent deux de ses anciens challengers à la présidentielle mouvementée de 2016 : l’ancien chef d’état-major, le général Jean-Marie Michel Mokoko (détenu depuis mi-juin 2016) et André Okombi Salissa (détenu depuis fin janvier 2017), ancien ministre passé à l’opposition.

Germaine Mapanga 

Les Echos du Congo Brazzaville

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
BrazzavilleCongoprisonniers politiques

Related Articles

Pétrole : le Congo-Brazzaville nouveau membre de l’OPEP

La République du Congo devient membre de plein droit de l’Organisation des pays producteurs et exportateurs de pétrole (Opep). Sa

Congo: sans bourses, les étudiants victimes de la crise économique

  Près de neuf mois de bourse impayée y compris à l’étranger, des diplômes confisqués dans les établissements privés locaux,

Affaire – Yves Castanou : Léon Juste Ibombo nomme illégalement un DG, retoqué par Clément Mouamba

  C’est une faute administrative grave qui pousserait à la démission si au Congo Brazzaville la cupidité n’avait pas précédé

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils