Connect with us

Hi, what are you looking for?

Ici Brazza
[GARD align=« center"]

Congo

Congo : Sassou – Mokoko le seul vainqueur est le Congo

Les congolais aiment jouer à se faire peur, à créer de belles histoires cousues de fil blanc. De quoi faire flamber la toile et alimenter des débats dans les « ngandas »(bistrots à la congolaise) et « foulafoulas »(taxis-bus, en français) de Brazzaville, Pointe-Noire et les milieux de la diaspora congolaise en Europe ou aux USA.

C’est le cas du général Jean-Marie Michel Mokoko, que des internautes présentaient tantôt comme mort; tantôt comme exfiltré à Jomo Kenyatta international airport de Nairobi par des services français. Le « songui songui » ou « Kongossa » a vraiment sa marque brevetée en Afrique centrale.

Une chose est sûre, l’état de santé du général Jean-Marie Michel Mokoko nécessitait urgemment une prise en charge par des experts sanitaires qui disposent d’un plateau technique relevé.

Des pistes pour son évacuation sanitaire ont aussitôt été explorées par les autorités congolaises.

À Brazzaville, tout le monde sait que seul Denis Sassou Nguesso peut prendre une telle décision.

Qu’on l’aime ou pas, le président congolais a fait preuve d’humanisme à l’égard de son ex chef d’État Major des armées devenu son adversaire politique tant redouté depuis le départ définitif de la scène politique de Moungounga Nguila Nkombo, Benard kolelas, Jacques Joachim Yhombi Opango et, aujourd’hui, de Pascal Lissouba.

Mokoko n’est pas n’importe qui. Candidat indépendant à la présidentielle de 2016, par ailleurs inconnu des jeunes nés en 1990, Mokoko a étonné par sa capacité de mobilisation spontanée des populations du nord comme du sud, dans un pays hanté par le virus de la division et du tribalisme. Du jamais vu au Congo! Pointe-Noire, la capitale économique, lui a témoigné un soutien sans faille, comme le prouvent les résultats officiels de la présidentielle 2016.

En parcourant les réseaux sociaux et certaines contrées du pays, « le général du peuple », ainsi que l’appellent ses affidés, reste encore très populaire.

En rapport avec les soins médicaux de Mokoko en Turquie, Denis Sassou Nguesso a posé un acte fort qui est à mettre à l’actif de sa gouvernance politique. Par le passé, il a prouvé qu’il sait parfois se mettre en lévitation par rapport aux contentieux politiques et aux inimitiés les plus effroyables. L’ amnistie a été accordée à ses adversaires politiques en exil: Lissouba, Yhombi, Kolelas. Peu avant eux, Claude Ernest Ndalla et Jean-Pierre Thystère Tchicaya, condamnés dans l’affaire dite des « bombes au cinéma Star ». Jacqueline Kolelas, épouse de son adversaire politique tant redouté, a bénéficié d’une prise en charge de ses soins médicaux entièrement supportés par Sassou, tandis qu’une offre de paix a été faite à Ntumi…

Peu de présidents africains sont capables d’une telle mansuétude à l’égard de leurs adversaires politiques. Peu d’opposants africains en prison, de la trempe de Mokoko, sont moins disposés à accepter un retour dans leur pays et cellule, après qu’ils ont fini leurs soins médicaux à l’étranger. Le cas de son compatriote Boukadia parle de lui-même.

Il est certes trop tôt pour tenter de dresser, voire même d’esquisser, un bilan de l’action de Sassou à la tête du Congo. Mais on peut cependant identifier un certain nombre d’actes posés et de décisions prises par lui, permettant de donner un sens à la vision qu’il se fait de son rôle à la tête de l’État.

Il ne sera donc pas étonnant de voir Jean-Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa bénéficier d’une amnistie de Sassou dans les mois à venir. Probablement après la présidentielle de 2021.

Par Alphonse Ndongo 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A LIRE SUR ICI BRAZZA

International

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a annoncé dimanche son retrait de la vie politique après avoir reconnu sa défaite dès le premier tour de...

Pointe Noire

  Cet incident s’est produit dans la soirée du samedi 11 avril, sur le tarmac de l’aéroport international de Pointe-Noire. Cet Airbus A330 d’Air...

Congo

  Le général de division Guy Blanchard Okoî, chef d’état-major général des forces armées congolaises (FAC) a instruit et ordonné tout le commandement de...

Pointe Noire

Un Chinois a été surpris sur une route du centre-ville de Pointe-Noire le matin du mercredi 18 mars 2020, par le mauvais comportement de...

Copyright © 2020 ICI BRAZZA. Edité par Kair Group.

Aller à la barre d’outils