Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
post
Filtrer par catégorie
À la une
Afrique
Angola
Art & Culture
Brazzaville
Cameroun
Can 2015
Can 2017
Centrafrique
Congo
Économie
Gabon
International
Les régions
Les voisins
Pointe Noire
Politique
RD Congo
Sport

Congo-Primature: Grégoire Lefouoba et Martin Oyali suspendus de leurs fonctions

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

[GARD align=« center”]

Deux conseillers du Premier ministre ont été suspendus de leur fonction lundi 24 juillet au Congo-Brazzaville. Grégoire Lefouoba, conseiller spécial en charge de la coopération culturelle et de la formation, et Martin Oyali, conseiller politique. Tous deux, bien que membres de la majorité présidentielle, avaient décidé de se présenter aux législatives face à des candidats investis par le PCT, le Parti congolais du travail, au pouvoir. Et ce, dans le département de la Cuvette Ouest, où plusieurs incidents ont perturbé le vote au premier tour.

Grégoire Lefouoba concourrait en indépendant. Bien que membre du comité central du Parti congolais du travail, il n’avait pas obtenu l’investiture du PCT dans sa circonscription, Kellé, où le premier tour des législatives a finalement tourné court.

[GARD align=« center”]

Le 16 juillet, des militants des différents candidats indépendants, qui accusaient la commission locale d’organisation des élections de favoriser un candidat, avaient perturbé le vote en emportant notamment des urnes. Au point qu’à Kellé, le vote a été annulé et organisé de nouveau ce lundi. Mais cette fois-ci sans Grégoire Lefouoba qui, dans le week-end, a décidé de jeter l’éponge « pour ne pas apparaître comme un obstacle ».

Martin Oyali, lui, a défendu les couleurs de son parti « Accord » à Okoyo. Là, aussi des témoins ont signalé des perturbations le jour du vote. Mais pas au point d’empêcher les autorités de déclarer vainqueur le candidat du PCT dès le premier tour.

Faut-il voir dans la suspension des deux hommes une forme de « représailles pour dissidence », comme on le dit dans leur entourage ? Pas de réponse lundi soir du côté du Premier ministre. « La loi impose à tout agent public en fonction de démissionner s’il veut se présenter », explique en revanche une source gouvernementale. En particulier s’il s’agit de se présenter « contre le pouvoir » et « dans une circonscription où il y a du désordre ».

Avec RFI

[GARD align=« center”]

Laissez un commentaire