Congo : N’y a-t-il plus de mort naturelle?

Une vue du bâtiment de la morgue de Brazzaville ©DR

Décidément, des gens penseront toujours qu’il n’y a pas de mort naturelle! Le mois dernier, le petit marché de fortune de Sadelmi, en allant vers la Cité des 17, a enregistré la mort de trois vendeurs presque simultanément, provoquant de l’émoi dans le quartier. Il s’agit d’un garçon vendant des œufs de table et de deux filles faisant le commerce, l’une de poisson de mer, l’autre de poisson fumé. Mais des voisins ont trouvé ces décès suspects.

 

Et avancé qu’ils se seraient réglés des comptes mystiquement. C’est ce prétexte que des jeunes ont saisi aussi pour se permettre de brûler des étals de fortune, leur but étant de faire disparaître tout le marché. Heureusement, la police a mis fin à cette «barbarie».

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
CongoDécèsmorgueMort

Related Articles

Congo : trois journalistes agressés par les «bébés noirs »

Après le match du 9 octobre à Brazzaville ayant opposé les Diables rouges du Congo aux Pharaons d’Egypte, trois journalistes

Manoukou-Kouba répond, au nom du P.c.t, à Bowao, sur Radio-Congo

Après la fracassante sortie de Charles Zacharie Bowao sur R.f.i, le 18 mars 2015, la réaction de son parti, le

Congo : Les tontines (ristournes) ou Likelemba, une solidarité « micro crédit » efficace entre congolais

Les difficultés dues essentiellement au peu de revenus financiers que connaissent les congolais, les poussent à embrasser les tontines. Les

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils