Congo : le gouvernement relève d’importants progrès en matière de promotion des droits de l’homme ces dernières années

Aimé Ange Wilfrid Bininga

Le ministre de la Justice, Aimé Ange Wilfrid Bininga

L’humanité célèbre le 10 décembre, le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. A l’occasion, le gouvernement a délivré un message dans lequel il salue les avancées enregistrées par le Congo dans le domaine, ces dernières années.

Cette année, la 70e journée internationale des droits de l’homme est commémorée sur le thème « La pertinence de la déclaration universelle des droits de l’homme à la lumière des droits de l’homme aujourd’hui, des inégalités, des changements climatiques et de nouvelles technologies ».

Dans son message, rendu public par le ministre de la justice, des droits humains et de la promotion des peuples autochtones, Aimé Ange Wilfrid Bininga, le gouvernement relève d’importants progrès enregistrés ces dernières années, en matière de promotion et de protection des droits de l’homme.

Ces améliorations, selon le gouvernement, portent sur le cadre normatif et institutionnel, la coopération avec les mécanismes internationaux des droits de l’homme, l’égalité des genres, la promotion et la protection des droits de l’enfant.

Les mêmes efforts sont constatés, poursuit-il, dans la promotion et la protection des droits des catégories sociales vulnérables, les droits économiques, sociaux et culturels, sur le respect des droits de l’homme dans l’administration de la justice et de l’administration pénitentiaire. Une volonté qui lui a valu des éloges de la part de la communauté internationale.

« Réunie au sein du Conseil des droits de l’homme, la communauté internationale a constaté avec satisfaction les progrès accomplis et les évolutions importantes enregistrées par le Congo dans le domaine des droits de l’homme », a indiqué le gouvernement dans cette déclaration.

Hormis la Commission nationale des droits de l’homme, note la déclaration, le système national de protection et de promotion des droits de l’homme s’est enrichi davantage avec la Constitution du 25 octobre 2015, à travers la création de plusieurs autres institutions nationales.

Le gouvernement dit aussi être très attentionné en ce qui concerne l’égalité entre les sexes, la non-discrimination, l’élimination des violences faites aux femmes, la protection des réfugiés, des personnes vivant avec handicap et des populations autochtones.

Pour justifier sa volonté de continuer à garantir et promouvoir les droits des citoyens, le gouvernement dit avoir ratifié et adhéré, ces dernières années, la majorité des instruments juridiques internationaux y afférents.

Dans le cadre de ses engagements internationaux, martèle-t-il, le Congo corrobore parfaitement et en toute transparence avec les mécanismes internationaux et régionaux des droits de l’homme.

Pour le même intérêt, conclut la déclaration, le pays a poursuivi le processus de réforme de son cadre normatif interne. L’une de ces réformes a concerné la nouvelle Constitution adoptée par référendum le 25 octobre 2015.

Firmin Oyé

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale



Related Articles

Congo: les observateurs inquiets du risque d’une montée de violence

Le référendum approche au Congo-Brazzaville et les Congolais vivent dans la crainte de voir leur pays retomber dans la violence.

Éducation: Centrafrique, Gabon, Congo, Cameroun, « mention médiocre » pour le Baccalauréat (BAC)

De Bangui à Brazzaville, les mauvais résultats cette année du baccalauréat hypothèquent l’avenir des jeunes générations victimes des maux de

Congo – politique : les appels au dialogue se font pressant

Des partis politiques, aux candidats malheureux, à la société civile en passant par la communauté internationale, notamment l’ONU, les appels

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils