Congo – L’ARPCE entend assurer aux consommateurs un matériel de qualité

Un jeune homme tient un smartphone dans ses mains (image d’illustration).
© GettyImages/Maskot

L’Agence de Régulation des Postes et des Communications Electroniques (ARPCE) a demandé, le 22 janvier à Brazzaville, aux distributeurs et importateurs des équipements terminaux des communications à se faire enregistrer pour obtenir l’homologation, afin d’assurer aux usagers un matériel de qualité répondant aux normes internationales.

Tenue suite à la circulaire qui donnait un délai d’une semaine aux importateurs et aux distributeurs de se présenter au plus tard le 21 janvier pour se faire délivrer les agréments nécessaires à l’exercice de leur activité, cette réunion visait à mettre de l’ordre dans ce secteur stratégique, à protéger les consommateurs et à responsabiliser chacun dans ces différentes activités, a indiqué le directeur général de l’ARPCE, M. Yves Castanou.

L’initiative d’homologation des équipements terminaux des communications électroniques s’inscrit dans les missions régaliennes de l’ARPCE, à savoir la loi N°9-2009 du 25 novembre 2009 portant règlementation du secteur des communications électroniques, en son article 161 qui exige un certificat d’homologation préalable à l’importation de tout équipement terminal des communications électroniques.

«Le rôle du régulateur est de maintenir l’équilibre entre l’Etat, le distributeur et le client. Il défend le consommateur qui utilise le produit. On ne peut pas exercer une activité sans avoir un agrément», a martelé M. Castanou.

Pour être en règle, le directeur des réseaux et service en communications électroniques, M. Marc Sakala, a appelé les distributeurs et les vendeurs à se faire enregistrer en tant que distributeurs officiels auprès de l’agence de régulation et à déclarer le nombre des équipements qu’ils ont importés au Congo, qui sont actuellement dans leurs magasins et ceux qui sont en cours d’acheminement. Des équipes sont mises en place pour les recevoir et les accompagner dans ce processus, a-t-il ajouté.

«Les équipements conformes aux normes seront mis en vente. Les non conformes seront renvoyés par le distributeur à son fournisseur. Nous voulons que les distributeurs soient d’abord reconnus par l’Etat avec un agrément et que les commerçants vendent des téléphones homologués. Aujourd’hui, les douanes exigent également une homologation de l’ARPCE», a souligné M. Sakala.

Rappelant que le Congo reçoit des téléphones qui viennent de plusieurs pays fabricants, parmi lesquels ceux de très bonne qualité et ceux de la contrefaçon nuisibles à la santé des consommateurs, M. Sakala a invité les distributeurs et les importateurs desdits équipements à prendre leur responsabilité.

En outre, il a appelé l’association des consommateurs à ne pas s’attaquer au régulateur lors de l’augmentation des prix, mais à défendre la sécurité des consommateurs.

«En termes de sécurité, la vente des téléphones est aussi un grand marché, car il y a des téléphones qui ont des identifiants qui se ressemblent en cas de délit. On peut arrêter une personne pour un délit qu’elle n’a pas commis. En termes de santé, ces téléphones sont la cause de plusieurs maladies».

Par ailleurs, le régulateur a déploré la durée de la garantie donnée lors de l’achat d’un téléphone, allant de deux à 7 jours, alors qu’elle doit être étendue sur 6 mois ou un an selon la qualité de l’appareil.

Le 31 janvier prochain est le délai accordé aux distributeurs afin de se faire enregistrer pour le début du processus d’homologation. «D’ici deux ou trois mois, nous allons communiquer officiellement pour demander à tous les consommateurs d’exiger une facture à l’achat d’un téléphone et de bien vérifier si le téléphone acheté est bien homologué par l’Etat pour une meilleure sécurité», a conclu M. Sakala.

Cette réunion a connu la participation des représentants de la force publique et des associations de défense des droits des consommateurs. 

(ACI)

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
ARPCECongo

Related Articles

L’Union africaine confie au Congo la gestion du nœud Internet d’Afrique centrale

L’Union africaine (UA) et le Congo ont signé vendredi à Brazzaville, un accord pour la transformation du point d’échange Internet

Congo : Des chinois à la chasse aux mines d’or dans le Niari

La soif d’or de la Chine, premier consommateur de la planète, ne s’apaise pas. Elle lorgne désormais les mines d’or

Présidentielle au Congo: le Niari et la Bouenza promettent un vote massif à Sassou N’Guesso

A quelques jours de la fin de la campagne électorale comptant pour l’élection présidentielle du 20 mars prochain, Denis Sassou

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils