Congo : La République célèbre ses 60 ans, le 28 novembre

Ce mercredi 28 novembre 2018, le Congo va célébrer le 60ème anniversaire de la proclamation de la République. Photo @sita_christy

Ce mercredi 28 novembre 2018, le Congo va célébrer le 60ème anniversaire de la proclamation de la République. En effet, le territoire du Moyen-Congo, sous colonisation française, est devenu République le 28 novembre 1958, deux mois après le référendum constitutionnel du 28 septembre 1958, où le Congo s’était illustré, à une écrasante majorité (99%), pour le «Oui» en faveur de la Communauté proposée par le président français, le général Charles De Gaulle.

La cérémonie de commémoration aura lieu à la Place de la République (ex rond-point CCF), à Brazzaville, sous le patronage du chef de l’Etat, Denis Sassou-Nguesso. Elle sera placée sous le thème: «Dans le travail et l’effort soutenus, bâtissons une République forte, unie et prospère».

Le président du Sénat, Pierre Ngolo, Isidore Mvouba de l’Assemblée nationale, le premier ministre Clément Mouamba, des membres du Gouvernement, des parlementaires, des corps constitués nationaux, le corps diplomatique, des chefs militaires et de nombreuses personnalités vont y prendre part. La cérémonie sera animée par «Les Bantous de la capitale», un orchestre créé en août 1959.
Le point central de cette solennité sera le discours sur l’éloge de la République qui sera prononcé. En rappel, c’est en 2010 que le Gouvernement avait décrété le 28 novembre jour férié, pour commémorer la proclamation de la République. Il faut dire qu’après les événements de 1963 ayant abouti au renversement du premier régime congolais, l’anniversaire de la République n’était plus célébré.
Seule la date du 15 août est restée célèbre et elle s’est même confondue avec les événements du 15 août 1963, pendant le régime du parti unique. Même la Conférence nationale souveraine de 1991 ne s’était pas souvenue de cette date pour la replacer parmi les repères importants de l’histoire du pays.

Pour ce 60ème anniversaire, outre le discours d’éloge de la République, le chef de l’Etat va, comme à l’accoutumée, procéder à la décoration d’un échantillon de personnalités qui se sont distinguées dans leur domaine. Très sobre, la cérémonie ne dure généralement pas plus d’une heure. Tout commence par la levée des couleurs nationales.
Un hommage sera rendu aux pères fondateurs qui, dès la genèse de la République, ont décidé que cette dernière devait être portée par un mot d’ordre, une règle d’action, une dynamique de mobilisation dont le travail devait être le pilier majeur. C’est ainsi qu’a été conçue la devise officielle de la République du Congo: «Unité-travail-progrès».
En plaçant la République sous le sceau du travail, les pères fondateurs avaient fait le pari de l’essentiel. En ce sens que le travail permet de construire un individu, de bâtir les sociétés et de permettre aux individus de s’élever dans la société.
De 1958 à aujourd’hui, les autorités ont-elles pu assurer à la communauté nationale, des acquis indéniables qui sont de réelles promesses de développement et de progrès? On est loin du compte, particulièrement en ces temps de crise et de récession.
De notre avis, le seule remède pour surmonter la crise et juguler la récession actuelle, c’est le travail entendu comme une combinaison de toutes les valeurs positives de notre société, notamment: la conscience, la responsabilité, la rigueur, la probité, le respect de la chose publique. Tout le contraire de la paresse, de l’inconscience et du laxisme.

Cyr Armel YABBAT-NGO


Tags assigned to this article:
28 novembreCongoSassou

Related Articles

Brazzaville – Circulation routière : un accident fait deux morts à Talangaï

La tragédie s’est produite en fin de matinée du 26 mai, au niveau du Viaduc (entre le pont et le

Présidentielle Sao Tomé : la Commission électorale annule les résultats de la présidentielle

L’élection présidentielle à Sao Tomé et Principe, petit archipel africain réputé pour sa paix civile, a connu un coup de

Congo: Anguios Nganguia, un des leaders de l’opposition, appelle à un dialogue pour la paix

Anguios Nganguia Engambé, l’un des candidats malheureux à l’élection présidentielle du 20 mars dernier en République du Congo, a appelé

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils