Congo : Il vole 10 moutons les vend à 7000 Fcfa chacun, pour s’acheter un « téléphone tactile »

moutons

©DR

Déterminé à acquérir un téléphone portable, dernier cri, à l’instar des jeunes de sa génération, Henri Gustave Boussiengué, 21 ans, n’avait pas les moyens pour s’en offrir. Et pour y arriver, le jeune homme qui est à la tête du troupeau de son père, en vendra 10, au vil prix de 70. 000 Fcfa pour s’acheter un téléphone « tactile », soit 7000 Fca par tête.

Ses parents n’en reviennent toujours pas. Les faits se sont déroulés au quartier Doubandé à Mossendjo dans le Niari (sud). Henri Gustave Boussiengué prêt à tout pour réaliser son rêve, n’a pas hésité à voler dix (10) moutons de son père.

Une singulière affaire de vol portant sur du bétail qui a atterri, mercredi dernier, au Commissariat de police de Mossendjo.

Il sera surpris par son père qui avait constaté la disparition des moutons. Sermonné par ce dernier, il nie en bloc et affirme avoir acheté le portable avec son propre argent.

Ce n’est qu’à la Police, deux semaines après, qu’il avouera sa faute sans citer le ou les noms des acheteurs disons mieux de ses clients.

Le présumé voleur est en garde à vue au Commissariat de Police de Mossendjo.

Jack MAÏSSA / Les Echos du Congo Brazzaville 

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
CongoMossendjomoutonstéléphone

Related Articles

Congo – Le ministre Mottom Mamoni : « Un Fespam simple, beau et accessible à tous »

Le ministre de la culture et des arts, M. Léonidas Carel Mottom Mamoni a promis le, 8 juillet dernier à

Congo : « Il n’y a pas d’arrestations politiques », répond Brazzaville à Washington

Le gouvernement de Brazzaville a affirmé vendredi qu’il n’y avait « pas d’arrestations politiques » au Congo, en réponse aux critiques américaines

Pointe Noire – Inondation : le malheur des habitants du CQ118 zone CTI perdure

Les habitants du quartier CQ118 au KM4 dans le 1er arrondissement, Émeri Patrice Lumumba, vivent un véritable calvaire depuis l’an dernier

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils