Congo – Devoir de mémoire : l’abbé Fulbert Youlou, quarante-sept ans déjà dans l’au-delà

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

[GARD align=« center »]

Le 15 août, à 15 heures, le président Fulbert Youssou annonce sa démission au téléphone sous les yeux et l’objectif de notre envoyé spécial. Daniel Camus

Décédé le 5 mai 1972 à Madrid, en Espagne, le premier président du Congo a totalisé, le 5 mai, quarante-sept ans de vie sous terre. Pour honorer sa mémoire, une messe eucharistique a été organisée en son mausolée, situé à Madibou, le huitième arrondissement de Brazzaville.

Initiée par le maire de Madibou, Alain Milandou, en collaboration avec l’association « Les amis du Pool » et la famille biologique du défunt, la messe d’actions de grâce a été officiée par le prêtre Mampouya. Elle a été une nouvelle occasion pour célébrer la mémoire du défunt président, l’abbé Fulbert Youlou, qui a dirigé le Congo de novembre 1959 au 15 août 1963.

La cérémonie à laquelle aucun membre du gouvernement n’a pris part a été tout de même pour quelques Congolais qui y ont pris part, un moment fort, empreint d’évocations et de témoignages au profit de l’illustre disparu.

« Pour le Cercle les amis du Pool, cet événement s’inscrit dans le cadre du devoir citoyen qui consiste à rappeler au commun des mortels ce que fut l’abbé Fulbert Youlou, ce digne Congolais déjà réhabilité par la Conférence nationale souveraine. C’est à ce titre que nous voulons qu’il soit aussi réhabilité par la mémoire collective des Congolais », a indiqué Hemilembolo Paraclet Milos, secrétaire à la stratégie du Cercle des amis du Pool.

« En tant qu’homme politique, je considère qu’il était indispensable de commémorer le 47e anniversaire de la disparition de feu abbé président Fulbert Youlou. Un homme considéré comme parmi les pères fondateurs de notre République car la nation ne peut se construire que lorsqu’il y a une capacité de transcender certains aspects passionnels de l’histoire, en regardant ce qu’il y a de fondamental », a affirmé pour sa part, l’ancien ministre Alain Akouala Atipault, qui a estimé que cette commémoration rentrait dans le cadre de la réconciliation de la mémoire collective des Congolais.

Cette messe d’actions de grâce s’est tenue en présence du haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants, Landry Kolélas, et quelques administrateurs-maires d’arrondissement de Brazzaville.

Firmin Oyé

[GARD align=« center »]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts

LES PLUS RECENTS

SUIVEZ NOUS

NEWSLETTER

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater