Congo – Crise financière : Le mea culpa stratégique du gouvernement congolais

Le Premier ministre congolais Clément Mouamba

Le Premier ministre congolais Clément Mouamba

Le gouvernement congolais convaincu que la meilleure façon de permettre aux citoyens congolais, notamment les fonctionnaires, les étudiants et les retraités de mieux vivre consistait à « réparer l’économie ». Mais, il admet son erreur : « la crise économique et financière causée par l’effondrement des cours du baril de pétrole sur le marché international, ne permet plus au gouvernement de tenir ses engagements », ont reconnu, devant les députés, le vice-Premier ministre, chargé de la Fonction publique, de la réforme de l’Etat, du travail et de la sécurité sociale, Firmin Ayessa et le ministre de l’Enseignement supérieur, Bruno Jean Richard Itoua.

Ereinté par la chute des cours du brut à partir de 2014, le Congo, pays pétrolier, n’a plus les moyens de rembourser sa dette.

Lors de leur dernier passage à Brazzaville, les experts du FMI ont commencé à mettre le nez dans les comptes du pays pour connaître la réalité de sa détresse financière, assez édulcorée dans la comptabilité publique.

Ils estiment que la dette congolaise se monte à 9 milliards de dollars. Cela représente 110% du PIB.

Selon les américains, la Chine est coupable de ce surendettement. Une accusation en partie justifiée car la Chine a évidemment prêté par intérêt pour assurer ses besoins en matière première.

Attirés par les rendements futurs de cette dette, beaucoup d’acteurs sont en embuscade et prêts à racheter avec une grosse décote dans l’espoir de gagner de l’argent au moment de la restructuration.

Des fonds à l’affût, et aussi des acteurs plus inattendus parmi lesquels la banque russe VTB, alliée au pétrolier Rosneft qui serait prête à racheter la dette privée du Congo.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo Brazzaville

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.



Related Articles

Denis Sassou N’Guesso sollicité pour la paix dans la Région des Grands Lacs

Un émissaire du gouvernement américain, Thomas Perello, est en séjour à Brazzaville pour solliciter les bons offices du président congolais

Réactions au message du Président Sassou a annoncé l’élection présidentielle anticipée

Le message du chef de l’Etat, le 22 décembre à Brazzaville, devant les députés a duré près de vingt- cinq

Fin de la mission du FMI à Brazzaville : Place à « l’audit sur la gouvernance et la corruption »

Comme lors de sa première mission du mois d’octobre dernier, la mission du Fonds, qui a séjourné au Congo du

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils