Connect with us

Hi, what are you looking for?

Ici Brazza
[GARD align=« center"]

Brazzaville

Congo  : Il faut « sauver ce qui nous reste », s’alarme l’archevêque de Brazzaville

L’archevêque de Brazzaville, Mgr Anatole Milandou

L’archevêque de Brazzaville, Mgr Anatole Milandou

L’archevêque de Brazzaville, Mgr Anatole Milandou, s’est inquiété d’un risque de « suicide collectif » à l’approche du référendum sur une modification de la Constitution congolaise. Son adoption permettrait à l’actuel chef de l’État, Denis Sassou Nguesso, au pouvoir depuis près de 30 ans, de se porter candidat à la présidentielle de 2016.

« CARREFOUR DU DIALOGUE »
« Nous pouvons encore sauver ce qui nous reste: la cohésion nationale », a-t-il écrit deux jours avant la consultation, prévue dimanche 25 octobre, dans un « appel à la classe politique congolaise », qu’il invite à revenir « au carrefour du dialogue ». Aucun homme politique majeur n’a réagi à cet appel alors que les funestes souvenirs des épisodes de guerre civile qui ont déchiré le pays pendant une dizaine d’année, entre 1993 et 2003, continuent de le marquer.

« COUP D’ÉTAT CONSTITUTIONNEL »
Dénonçant le référendum comme un « coup d’État constitutionnel », deux coalitions d’opposition avaient tenté d’organiser des opérations de « désobéissance civile », mardi 20 octobre. Mais l’interdiction de tout rassemblement public, le même jour, a entraîné des heurts entre forces de l’ordre et manifestants à Brazzaville et à Pointe-Noire, la capitale économique du pays, et fait de quatre à une vingtaine de morts, selon les sources.

Après une nouvelle interdiction des rassemblements publics, l’opposition a annulé le grand rassemblement qu’elle prévoyait d’organiser dans la capitale vendredi 23 octobre, dernier jour de la campagne référendaire.

INTERNET MOBILE COUPÉ
Accusant le pouvoir d’« usage disproportionné de la force, assassinats, atteintes à la liberté de l’information et de manifestation », cinq ONG congolaises de défense des droits de l’homme ont estimé vendredi dans un communiqué que « les conditions d’organisation d’un référendum n’étant pas réunies, le gouvernement [était] dans l’obligation de rechercher un consensus avec l’opposition ».

L’internet mobile, les services de SMS et le signal local en FM de la radio française RFI – une des stations les plus écoutées au Congo – restaient coupés, vendredi 23 octobre, pour la quatrième journée consécutive.

La-croix

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A LIRE SUR ICI BRAZZA

International

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a annoncé dimanche son retrait de la vie politique après avoir reconnu sa défaite dès le premier tour de...

Pointe Noire

Cet incident s’est produit dans la soirée du samedi 11 avril, sur le tarmac de l’aéroport international de Pointe-Noire. Cet Airbus A330 d’Air France...

Congo

  Le général de division Guy Blanchard Okoî, chef d’état-major général des forces armées congolaises (FAC) a instruit et ordonné tout le commandement de...

Pointe Noire

Un Chinois a été surpris sur une route du centre-ville de Pointe-Noire le matin du mercredi 18 mars 2020, par le mauvais comportement de...

Copyright © 2020 ICI BRAZZA. Edité par Kair Group.

Aller à la barre d’outils