Connect with us

Hi, what are you looking for?

Ici Brazza
[GARD align=« center"]

Congo

CHU de Brazzaville : le départ du directeur général divise l’intersyndicale

Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville

La section de la Confédération syndicale des travailleurs du Congo (CSTC) a sollicité, le 2 août, à l’issue d’une assemblée générale, l’éviction de Jérémie Mouyokani, pendant que la section de la Confédération syndicale congolaise (CSC) plaide pour son maintien.

Le courant des travailleurs qui sollicite la suspension du directeur général par intérim évoque la mauvaise gestion du Centre hospitalier universitaire de Brazzaville (CHUB), les cinq mois de salaire impayés, la mauvaise gestion des hôpitaux généraux et autres. Ainsi donc, la section de la CSTC a fait part de son intention de vouloir bloquer tous les hôpitaux généraux du pays. 

Par contre, la section de la CSC et le Syndicat national des médecins du Congo (Synamec) n’adhèrent pas à cette démarche. Dans une déclaration commune, les deux organisations ne veulent « plus soumettre la population et le CHUB à de rudes épreuves ».

Selon la CSC et le Synamec, les nominations des directeurs divisionnaires par la ministre de la Santé, en mars dernier, ont occasionné « une scission au sein de l’intersyndicale. Une section s’oppose à ces nominations et a sommé la ministre de revenir sur ces nominations avec menace de mettre le CHUB à feu et à sang ».

Les deux structures syndicales ont ajouté : « les mutations, le déploiement des travailleurs au sein du même établissement ne constituent en rien une sanction pour ces derniers syndicalistes ».

La même déclaration affirme que l’intersyndicale, composée des sections de la CSTC, CSC et le Synamec, reconnaît avoir mené plusieurs démarches auprès du gouvernement, entre juillet 2017 et juillet 2018.

Courant juillet 2017, par exemple, un préavis de grève a été adressé au gouvernement,conduisant à la signature d’un protocole d’accord, le 18 août 2017. Les syndicats avaient également eu la promesse de concomitance dans le paiement des salaires.

Cependant, de juillet 2017 jusqu’au 1er août 2018, aucune subvention d’équilibre n’a été versée au CHUB et la promesse de concomitance dans le paiement des salaires est restée lettre morte.

Enfin, signalons qu’actuellement les retards de paiement de salaire dans les structures sanitaires à budget de transfert s’accumulent. Le CHUB accuse cinq mois de salaires impayés, l’hôpital de Dolisie en compte vingt et un, l’hôpital de Loandjili totalise sept mois et celui du 31 juillet d’Owando dix mois. Le Centre national de transfusion sanguine a sept mois d’impayés. 

Fortuné Ibara 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A LIRE SUR ICI BRAZZA

Pointe Noire

Cet incident s’est produit dans la soirée du samedi 11 avril, sur le tarmac de l’aéroport international de Pointe-Noire. Cet Airbus A330 d’Air France...

International

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a annoncé dimanche son retrait de la vie politique après avoir reconnu sa défaite dès le premier tour de...

Congo

  Le général de division Guy Blanchard Okoî, chef d’état-major général des forces armées congolaises (FAC) a instruit et ordonné tout le commandement de...

Pointe Noire

Un Chinois a été surpris sur une route du centre-ville de Pointe-Noire le matin du mercredi 18 mars 2020, par le mauvais comportement de...

Copyright © 2020 ICI BRAZZA. Edité par Kair Group.

Aller à la barre d’outils