Skip to content

Cent millions d’armes illicites en circulation en Afrique, selon le ministre congolais de la Défense

[GARD align=« center »]

Des ninjas à Brazzaville
Image d’archive|©Theworldbyroad

Le ministre de la Défense nationale, Charles Richard Mondjo, a ouvert, le 5 novembre à Brazzaville, un atelier de renforcement des capacités des acteurs œuvrant dans la lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre (Alpc).

L’atelier de deux jours va permettre l’examen de plusieurs questions. Les participants réfléchiront notamment sur la préparation des réunions de revue, la définition d’objectifs nationaux, les nouvelles approches de gestion des armes et des munitions, la considération du genre dans les démarches de contrôle des armes ainsi que la synergie entre les initiatives et instruments globaux, régionaux et nationaux.

Selon le ministre Charles Richard Mondjo, les Alpc sont une catégorie d’armes relativement facile à se procurer. On en compterait cent millions en circulation en Afrique, alimentant la violence, les trafics illicites, le braconnage, la piraterie maritime et fluviale, et entravant la sécurité des personnes et de biens. « Le caractère transnational du trafic des Alpc et l’usage qui en est fait par les groupes criminels organisés font de la lutte contre ce fléau un enjeu majeur pour le continent, et imposent donc la résolution dudit fléau dans une approche régionale », a-t-il signifié.

[GARD align=« center »]

La prolifération des armes, non seulement à l’intérieur des pays africains mais aussi à travers les frontières, constitue un défi à relever sur le chemin de la paix, de la stabilité et de la sécurité durable sur le continent.

Notons que cet atelier de renforcement des capacités des acteurs étatiques et de la société civile travaillant dans la mise en œuvre de la convention de l’Afrique centrale pour le contrôle des Alpc, encore appelée convention de Kinshasa, est organisé par les Nations unies, en partenariat avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale. Il est le quatrième du genre après celui du Cameroun, du Tchad et de la République centrafricaine.

Rude Ngoma

[GARD align=« center »]

Partagez cet articles

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

En continu

Suivez-nous

Newsletter

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater