Boko Haram : Les Chefs d’État de la CEEAC ont un plan d’urgence de 50 milliards

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso
Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso

Ouvert depuis le 16 février 2015 à Yaoundé, le Sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement du Conseil pour la paix et la sécurité en Afrique centrale a refermé ses portes mardi. Les travaux ont permis d’aborder le défi sécuritaire sous régional qui est la secte islamiste Boko Haram. Les Chefs d’État de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont adopté un plan pour renforcer leur engagement en matière de lutte contre le groupe terroriste.

Les chefs d’Etat de la CEEC ont adopté un Plan de guerre contre la secte terroriste nigériane Boko Haram qui sème la violence, la terreur et l’obscurantisme est coupable d’assassinats, d’attentats et de prises d’otages aussi bien au Nigeria, que dans l’espace de la CEEAC, en l’occurrence, au Cameroun et au Tchad.

Depuis plusieurs années, Boko Haram rêve d’établir un califat fondamentaliste au Nigeria et dans la région. Pour les Etats de la CEAAC, il faut tout mettre en œuvre pour éradiquer totalement cette nébuleuse. Ils ont décidé de venir en aide au Cameroun et au Tchad, en adoptant un plan d’urgence de 50 milliards de f CFA.

Des fonds qui permettront de renforcer l’arsenal militaire, au moment où l’on parle du déploiement d’une Force mixte multilatérale (FMM) de 7 500 hommes, extensible à 8 700 soldats d’ici la fin de l’année.

Lire la suite sur Oeil d’Afrique

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts

LES PLUS RECENTS

SUIVEZ NOUS

NEWSLETTER

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater