Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
post
Filtrer par catégorie
À la une
Afrique
Angola
Art & Culture
Brazzaville
Cameroun
Can 2015
Can 2017
Centrafrique
Congo
Économie
Gabon
International
Les régions
Les voisins
Pointe Noire
Politique
RD Congo
Sport

Audio – France : Elle arrache tout avec la magie noire, son mari va lui donner sa parcelle au Congo

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

[GARD align=« center”]

Une Congolaise vivant dans l’île de France ( Evry) et originaire du Pool, visiblement victime de la polygamie a manigancé un complot fétichiste contre son mari avant de le quitter. ©DR

L’amour n’est pas forcé et le mariage n’est pas une prison. Quand on aime plus une personne, l’idéal est la séparation sans causer préjudice. Mais certaines personnes comme cette Congolaise d’Evry dans le 91 ne l’ont pas encore compris. Dans une conversation audio qui circule sur Whatsapp, elle explique à son féticheur que son époux qu’elle projette de quitter, a déjà changé la carte grise de la voiture à son nom en attendant de le faire avec les papiers de sa parcelle au Congo.

Une Congolaise vivant dans l’île de France ( Evry) et originaire du Pool, visiblement victime de la polygamie a manigancé un complot fétichiste contre son mari avant de le quitter. Son but est d’obtenir tous les biens de ce dernier et le laisser dans la misère pour bien savourer sa vengeance.

Dans la conversation avec son féticheur au Congo, elle explique en langue Lari, comment depuis la pratique des gris gris, son époux est devenu subitement tendre et attentif. Le malheureux époux bordel aussi, ne peut s’en passer de penser même étant au travail à sa femme.

Même dans son sommeil, il n’arrête de l’admirer. Évidemment, il le fait sous l’emprise des gris gris que son épouse applique sur lui à travers la nourriture. On peut facilement déduire de la conversation, que l’homme qui avait entamé une autre relation n’avait plus d’amour pour sa femme. Mais les gris gris ont renversé la donne.

La femme très sadique, se félicite d’avoir poussé l’homme à mettre à son nom la carte grise de sa voiture, et s’attend à ce qu’il le fasse aussi avec les papiers de sa parcelle au Congo. Une conversation qui indignera plus d’un.

Francine Oba

[GARD align=« center”]

Laissez un commentaire