Cameroun : deux femmes transgenres condamnées à cinq ans de prison

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
L'homosexualité est passible de cinq ans de prison au Cameroun. Getty Images / WOJTEK RADWANSKI
L’homosexualité est passible de cinq ans de prison au Cameroun. Getty Images / WOJTEK RADWANSKI

Au Cameroun, deux femmes transgenres ont été condamnées, mardi 11 mai 2021, à cinq ans de prison pour « tentative d’homosexualité » et « outrage public aux mœurs », une décision qui renforce les craintes d’une répression croissante contre les minorités sexuelles.

Lecture : 2 minutes

Selon les informations du Guardian, les chefs d’accusation comprenaient également la non-possession d’une carte d’identité nationale, une infraction rarement poursuivie au Cameroun.

Shakiro, une figure populaire des réseaux sociaux, et Patricia ont été arrêtées le 8 février dans un restaurant de Douala, la plus grande ville du Cameroun, et prises pour cible en raison de leurs tenues vestimentaires, selon leurs avocats.

Les gendarmes les ont interrogées sans la présence d’un avocat, les ont frappées et menacées de les tuer, les couvrant d’insultes anti-LGBT et les forçant à signer des déclarations, selon des militants et des avocats qui leur ont rendu visite en détention. Shakiro et Patricia ont ensuite été transférées à la prison centrale surpeuplée de Douala où elles ont déclaré avoir été battues et insultées par des gardiens et d’autres détenus

L’homosexualité illégale

Selon Richard Tamfu, l’un des avocats des femmes, le jugement est inhabituellement sévère. « C’est un message clair envoyé à la communauté LGBT, à savoir qu’elle n’est pas la bienvenue au Cameroun et qu’elle risque cinq ans d’emprisonnement en cas d’arrestation » condamne l’avocat, qui a fait appel de la décision mercredi.

Les actes homosexuels sont illégaux au Cameroun et passibles d’une peine maximale de cinq ans. Pourtant, aucune preuve n’a été fournie par le tribunal pour les actes commis, a déclaré Tamfu. « Nous savons que dans le Code pénal camerounais, l’homosexualité est punie d’une peine allant entre six mois et cinq ans. Donc pour quelqu’un qui est poursuivi pour tentative d’homosexualité, avoir été condamné à cinq ans, c’est très sévère. »

Comme dans beaucoup de pays africains, l’homosexualité est souvent tournée en dérision, jugée contre nature et importée de la culture occidentale. Les arrestations arbitraires, les extorsions et les abus à l’encontre des minorités sexuelles sont monnaie courante au Cameroun.

Multiplication des arrestations

Avant 2013, les autorités camerounaises étaient parmi les plus agressives au monde en matière de poursuites contre les actes homosexuels. Après des années de baisse significative des poursuites, on a assisté l’année dernière à une recrudescence des incidents signalés, a déclaré au Guardian Neela Ghoshal, directrice des droits LGBT à Human Rights Watch.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts

LES PLUS RECENTS

SUIVEZ NOUS

NEWSLETTER

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater