Bouenza : Des échauffourées à Nkayi après une bavure policière

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

 [GARD align=« center »]

Interpellée par la gendarmerie, sur le port du masque, le 28 septembre, en fin d’après-midi, passée à tabac, puis libérée le même jour à vingt heures, Merveille Bazonzela, une jeune fille d’une vingtaine d’années d’âge est morte à son domicile à Nkayi, chef-lieu du département de la Bouenza.

Dans la matinée du 29 du même mois, la population s’est indignée en écoutant la nouvelle du décès. Des actes de vandalisme s’en sont suivis: pillage de quelques boutiques avant que la totalité de celles-ci ne ferment, tout comme d’autres établissements par mesure de prudence. Le commissariat de Muanato, premier arrondissement de la ville, a été incendié.

« La situation est maintenant sous contrôle », indiquent certaines personnes. La force publique s’est, en effet, employée à rétablir l’ordre dans la ville sucrière, dont l’atmosphère silencieuse ressemble à une ville morte. Pour l’heure, les jeunes de Nkayi ont résolu de ne plus jamais porter le masque.

 [GARD align=« center »]

En rappel, le 17 juin, le haut-commandement de la force publique et la supervision de l’opération ‘’Mobikisi’’, chargée de faire respecter les mesures barrières contre la Covid-19, interpellaient les éléments sur le terrain sur l’impérieux devoir de respecter les citoyens, c’est-à-dire de s’interdire de toute atteinte à leur intégrité physique et à leur dignité mais plutôt sensibiliser et conseiller le public de façon pédagogique.

Rominique Makaya 

 [GARD align=« center »]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts

LES PLUS RECENTS

SUIVEZ NOUS

NEWSLETTER

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater