Le général Mokoko refuse de « plier » pendant son procès au Congo-Brazzaville

[GARD align=« center »]

Le général Mokoko, ex-candidat à la présidentielle de 2016, à Brazzaville, le 7 mai 2018.
Le général Mokoko, ex-candidat à la présidentielle de 2016, à Brazzaville, le 7 mai 2018.

« Ce n’est pas à la justice que j’ai affaire, mais à l’arbitraire », a lancé le général congolais Jean-Marie Michel Mokoko, actuellement jugé à Brazzaville pour « atteinte à la sûreté de l’Etat », en prévenant qu’il ne « plierait pas ».

L’ex-chef d’état-major et ex-conseiller du président Denis Sassou Nguesso, qu’il avait défié à la présidentielle de 2016, accuse « la dictature » de vouloir l' »achever par un simulacre de procès inique », dans une lettre datée du 8 mai dont l’AFP a obtenu une copie.

« Quoi qu’il advienne en ce qui me concerne, je ne céderai sur rien, je ne plierai pas », conclut-il alors que les réquisitions sont attendues vendredi dans son procès commencé lundi devant la cour criminelle.

Avec ses avocats, le général Mokoko a choisi de ne pas s’exprimer aux audiences, estimant qu’il bénéficie d’une immunité juridique en vertu d’un décret de 2001 qui lui confère le statut de « dignitaire de la République ».

La Cour suprême a rejeté cette immunité, selon un avocat qui défend l’Etat congolais dans ce procès.

Il est aussi poursuivi pour détention d’armes et troubles à l’ordre public.

Mardi, la cour a diffusé une vidéo datant de 2007 dans laquelle le général semble comploter avec d’autres interlocuteurs pour la préparation d’un coup d’Etat contre le président Sassou Nguesso.

Cette vidéo avait été rendue publique en 2016 quand le général Mokoko avait lancé sa candidature à la présidentielle.

L’officier avait terminé troisième de la présidentielle (moins de 14% des voix) marquée par la réélection contestée dès le premier tour du président Sassou Nguesso, qui cumule près de 35 ans de pouvoir.

Après ce vote, il n’avait pas reconnu la victoire du président sortant et appelé avec d’autres candidats à la « désobéissance civile ». Ses avocats démentent toute tentative de coup d’Etat.

A Brazzaville mercredi soir, deux militants du mouvement citoyen Ras-le-bol ont été arrêtés, d’après le coordonnateur adjoint Charlin Kinouani.

Le coordonnateur Franck Nzila Malembe et l’activiste Luce Ngangoue ont été emmenés à bord de voitures banalisées alors qu’ils placardaient des affiches « Libérez les prisonniers politiques » devant la cathédrale de Poto-Poto, selon cette même source.

Avec AFP

[GARD align=« center »]

Partagez cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

Articles similaires

IGNIE : UNE LOCALITÉ PLEINE DE PROMESSES
05 juin 2022
Congo : quand le pétrole produit l’énergie de l’injustice dans le Kouilou
15 mai 2022
Port de Pointe-Noire : Bolloré cherche à rassurer sur l’emploi après la cession à MSC
28 avril 2022
Congo-B-Hommage à Guy-Brice Parfait Kolélas : dans son livre, Dany Bitsindou tacle une partie de l’opposition et des membres de l’UDH-YUKI
21 mars 2022
Marien Fauney Ngombé à la rencontre des étudiants congolais de France pour «impulser une nouvelle dynamique »
16 mars 2022
Congo Terminal se mobilise à l’occasion de la journée internationale des femmes
13 mars 2022

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater