Italie : des policiers français accusés d’avoir falsifié l’âge de mineurs pour les expulser

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email

[GARD align=« center »]

©DR

Selon un article du Guardian paru ce jeudi, des policiers français auraient falsifié l’acte de naissance d’au moins deux migrants mineurs non accompagnés afin de leur refuser l’entrée du territoire. 7 ONG ont saisi la Commission européenne et le ministère de l’Intérieur italien. L’Union européenne garantit aux migrants mineurs voyageant seuls une protection et le droit de rejoindre un membre de leur famille vivant dans un des États membres.

7 organisations humanitaires italiennes ont accusé la police française d’avoir falsifié la date de naissance de deux migrants mineurs, voyageant seuls, pour leur interdire l’entrée du territoire français. « Nous avons vu deux mineurs que nous connaissions interpellés à la frontière franco-italienne. Nous avons vu les policiers modifier la date de naissance sur le document « refus d’entrée sur le territoire » », a raconté Daniela Ziterosa, une juriste travaillant pour l’ONG Intersos, au quotidien britannique The Guardian.

[GARD align=« center »]

« Un des enfants a pris une photo du document, on peut y voir que la date de naissance originelle a été modifiée. [..] On a finalement réussi à forcer les policiers à accepter les deux jeunes ». Le migrant mineur qui a pris la photo est né en Erythrée le 1er Octobre 2001, mais la date retenue sur le formulaire est celle du 1er janvier 2000. Il est arrivé en Italie en juin dernier et tentait de rejoindre la Suède, où vit son frère.

Le Guardian cite une source italienne, assurant que la police française peut, en cas de doute sur l’âge d’un migrant, demander aux autorités italiennes de consulter leur base de données. « Quand les migrants arrivent en Italie, nous les identifions. Nous savons donc qui est mineur et qui est adulte. En cas de doute, les autorités françaises peuvent vérifier auprès de nous. Et si les migrants sont mineurs, ils doivent les laisser passer la frontière, pas les renvoyer. »

En effet, l’Union européenne garantit la protection aux migrants mineurs non accompagnés. Elle garantit par ailleurs aux migrants mineurs non accompagnés le droit de rejoindre un parent vivant dans un autre État membre.

©Ouest-france

[GARD align=« center »]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts

LES PLUS RECENTS

SUIVEZ NOUS

NEWSLETTER

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater