Skip to content

Congo : Les commerçants de Dolisie menacent de mettre la clé sous le paillasson

[GARD align=« center »]

Dolisie au Congo
© DR

La pilule est dure à avaler. Beaucoup de commerçants à la ville de Dolisie (sud) sont à l’agonie. Plusieurs d’entre eux, menacent de mettre la clé sous le paillasson. En cause, la crise financière qui frappe de plein fouet la capitale départementale du Niari.

«On n’a plus de clients, il n’y a plus de recette. C’est fini, on va devoir fermer», déplore Wazguet papier, très abattu.

C’est la mort dans l’âme qu’il s’est résolu à prendre la décision. Lui qui avait ouvert son épicerie au quartier Capable de Dolisie en 2009 et un prêt-à-porter au marché central.

«Nous avons perdu plus de 25% de notre chiffre d’affaires et les marges ont disparu. J’arrête donc le prêt-à-porter », nous a confié le jeune commerçant qui éprouve aujourd’hui un sentiment d’inachevé : «malheureusement je n’ai pas le choix ».

[GARD align=« center »]

En cette fin d’année, faute des clients, les bars qui ouvraient tous les jours vont donc mettre la clé sous le paillasson. Sans verser de larmes, mais avec une pointe de nostalgie. Tout en étant persuadés que, malgré cela, les quartiers Ntsila et Gaya ont encore du potentiel et une part de joie de vivre qu’on retrouve notamment les jours de marché.

Cette situation peu reluisante s’est négativement traduite par la fermeture de plusieurs salons de coiffure et restaurants au quartier Baloumbou.

Au Congo Brazzaville, la population est durement frappée par la chute des cours du baril de pétrole. Les sociétés qui gravitaient autour de l’activité pétrolière ont fermé les unes après les autres. Les licenciements ont été massifs.

La misère a gagné les grandes villes du pays (Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie…) où il faisait pourtant beau vivre.

Germaine Mapanga /

Les Echos du Congo Brazzaville

Partagez cet articles

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

En continu

Suivez-nous

Newsletter

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater