Skip to content

Congo : l’opposition menace de reprendre des actions de désobéissance civile

[GARD align= »center »]

Image d’archive| © DR
Image d’archive| © DR

Les plates-formes congolaises d’opposition FROCAD, IDC et Composante J3M ont publié vendredi à Brazzaville, une déclaration pour appeler leurs militants à se mobiliser pour d’éventuelles actions de désobéissance civile.

« La Conférence des présidents du FROCAD, IDC et Composante J3M invite l’ensemble des structures de base de demeurer mobilisés, en vue de la poursuite des actions pacifiques de désobéissance civile dans les jours à venir », peut-on lire sur le communiqué distribué à la presse.

Cet appel fait suite à l’arrestation le 16 juin à Brazzaville (capitale du Congo), du général Jean-Marie Michel Mokoko, ancien chef d’état-major de l’armée congolaise, devenu opposant au régime de l’actuel président de la République, Denis Sassou N’Guesso.

Les responsables des trois plate-forme de l’opposition congolaise ont justifié la nécessité de manifester leur opposition à l’inculpation de leur collègue par un pacte de solidarité signé par les cinq candidats malheureux de l’opposition à l’élection présidentielle du 20 mars dernier au Congo.

« La Charte pour la victoire de l’opposition instituait une obligation de solidarité entre les candidats, de sorte qu’en cas de problème contre l’un d’entre eux, tous se sentiraient concernés et s’impliqueraient dans la résolution du problème posé dans un souci de garantir la sécurité individuelle et collective », explique la déclaration de ce vendredi.

Le général Jean-Marie Michel Mokoko, responsable de la Composante J3M de l’opposition congolaise, était placé à la Maison d’arrêt de Brazzaville le 16 juin, après 48 heures de garde à vue à la Direction générale de la surveillance du territoire à Brazzaville.

Selon son avocat, Me Yvon Eric Ibouanga, le procureur de la République a ouvert une information devant le cabinet du doyen des juges d’instruction contre lui pour « atteinte à la sureté intérieure de L’État et détention illégale d’armes et munitions de guerre ». Mais l’intéressé réfute en bloc les faits qui lui sont reprochés.

Depuis plusieurs mois, une vidéo diffusée sur Internet montre l’ancien chef d’état-major général de l’armée congolaise en échange avec des personnes en vue de préparer un coup d’État visant à renverser les institutions incarnées par l’actuel président de la République du Congo.

[GARD align= »center »]

Partagez cet articles

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

En continu

Suivez-nous

Newsletter

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater