Skip to content

Togo : Des manifestations à Mango contre un projet de faune font 5 morts

[GARD align= »center »]

Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre, au Togo (photo d'archives).
Affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, au Togo (photo d’archives).

De violentes manifestations contre un projet d’installation d’une aire protégée dans la préfecture de l’Oti ont causé la mort de cinq personnes dans la ville de Mango (Nord Togo) entre vendredi et samedi. Les affrontements entre forces de l’ordre et populations se sont poursuivis dimanche dans la ville.

Au cours d’une conférence de presse tenue ce week-end, Payadowa Boukpessi, le ministre togolais de l’administration territorial a confirmé que 5 personnes au total ont été tuées depuis vendredi dans cette ville. Deux personnes ont été tuées vendredi et deux autres samedi par une voiture et une personne admise à l’hôpital décédée ce samedi.

Dans un nouveau bilan communiqué ce dimanche, le gouvernement togolais a indiqué qu’il y avait plus de 50 personnes arrêtées dont des mineurs et des élèves. Une vingtaine de personnes sont  blessées dont 13 manifestants et 8 forces de l’ordre.

Même si la « situation était relativement calme » samedi soir et que le gouvernement a annoncé «des sanctions disciplinaires contre des éléments des forces de l’ordre auteurs des dérapages », les manifestations ont repris de plus belle dimanche.

Les heurts entre forces de l’ordre et populations ont déclenché suite à la protestation contre un projet de réhabilitation du complexe d’aires protégées Oti-Keran-Mandouri (OKM), sur une superficie de 179.000 ha dans le cadre du renforcement du rôle de conservation du système national des aires protégées du Togo ».

A vrai dire, les populations se disent traumatisées par les représailles endurées dans sous la dictature du général Gnassingbé Eyadéma avant le déclenchement du processus démocratique en 1990.

Léon Samba

Partagez cet articles

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

En continu

Suivez-nous

Newsletter

S’abonner maintenant aux newsletter pour ne rien rater