VIDÉO – Arrestation dégradante d’une lycéenne noire dans une école aux Etats-Unis

VIDÉO – Arrestation dégradante d’une lycéenne noire dans une école aux Etats-Unis

Une vidéo montrant un policier blanc procédant dans une école américaine à l’arrestation dégradante d’une lycéenne noire a provoqué l’indignation sur les réseaux sociaux.

Une jeune fille noire se fait cravater et traîner par terre à travers la classe. La scène a été filmée par plusieurs lycéens de l’école de Columbia, aux Etats-Unis. La vidéo, montrant un policier blanc procédant à l’arrestation dégradante d’une lycéenne noire, a provoqué l’indignation sur les réseaux sociaux. Ces images illustrent une nouvelle fois les brutalités de la police aux Etats-Unis, après une série d’affaires, parfois meurtrières, impliquant des policiers blancs face à de jeunes hommes ou des adolescents noirs.
Cette arrestation qui s’est déroulée lundi dans un lycée de Caroline du sud est le dernier de ce genre d’incidents, a indiqué une chaîne de télévision locale WIS, qui a obtenu deux vidéos de cette scène. Les vidéos de #AssaultAtSpringValleyHigh – en référence au nom de l’école – publiées sur Twitter sont rapidement devenues virales.

L’élève invitée à quitter la classe. Ces vidéos, probablement prises par des élèves avec leur téléphone portable, montrent le policier entrer dans la classe. Il a une brève conversation avec une jeune fille – assise à son bureau – avant de la saisir par le cou, de la renverser sur le dos et de la traîner sur le sol. Elle ne semble montrer aucune résistance.

Curtis Wilson, porte-parole du département du sherif du conté de Richland, a indiqué lors d’une conférence de presse que la lycéenne, invitée « à plusieurs reprise » – pour des raisons non élucidées – à quitter sa classe, avait refusé.

Le policier suspendu. Le policier, Ben Fields, l’un des deux policiers référents de cette école de Spring Valley, a fait l’objet d’une suspension administrative pendant la durée d’une enquête interne, a indiqué NBC News. NBC ajoute que Fields avait déjà comparu en 2013 pour une affaire dans laquelle des étudiants afro-américains « avaient été visés de manière injuste et brutale ».

Par l’AFP


No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils