Vers l’installation d’une vidéo-protection des aéroports et aérodromes du Congo

l’aéroport international Maya -Maya de Brazzaville

L’aéroport international Maya -Maya de Brazzaville|©DR

Le Congo s’achemine vers l’installation d’une vidéo-protection des aéroports et des aérodromes du pays après l’adoption mercredi en conseil des ministres d’un projet de loi y relatif.

Il s’agira ainsi pour ce pays de se conformer aux exigences internationales en matière d’exploitation aéroportuaire et aux normes édictées par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), indique le communiqué publié à l’issue du conseil des ministres.

Pour les pouvoirs publics congolais, il s’agit de répondre au défi posé par l’évolution et l’accroissement des risques en matière de sécurité.

Dans cette optique, l’Etat congolais a décidé de doter les aéroports et aérodromes ouverts à la circulation aérienne dans le pays d’installations de vidéo-protection.

Mais, compte tenu de l’agencement juridique congolais, l’autorisation d’implantation de tels systèmes de surveillance de sites de grande étendue doit obligatoirement découler et être encadré par la loi.

En effet, ces procédés de surveillance ont pour finalité d’enregistrer les faits et gestes de personnes physiques or ces techniques ont des incidences certaines en matière de libertés publiques et de protection des droits humains.

Par exemple, ces données sont susceptibles d’être exploitées lors de procédures, d’instructions ou même de procès à caractère pénal.

Le projet de loi adopté par le conseil des ministres précise ainsi les conditions de mise en œuvre de la vidéo-protection et a pour finalité d’assurer la conciliation entre les impératifs de sécurité publique et le respect des libertés publiques et individuelles.

Avec PANA

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
aéroportMaya-MayaVidéo

Related Articles

Congo : La France déterminée à travailler avec le pays dans le domaine judiciaire

À la faveur de la quatrième session de formation de l’Ecole nationale de la magistrature française au Congo, l’ambassadeur de

Congo : la Banque mondiale entend poursuivre son appui aux priorités du gouvernement

Le représentant résident de la Banque mondiale au Congo, Djibrilla Issa, a indiqué mercredi au cours d’une conférence de presse

Brazzaville: séances d’interpellation du gouvernement au sénat puis à l’assemblée nationale

Cinq membres du gouvernement (Florent Tsiba, Gilbert Ondongo, Bienvenu Okiemy, Thierry Lézin  Moungalla et Emilienne Raoul), sur dix attendus, étaient

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils