Une femme interrompt ses propres funérailles

Une femme interrompt ses propres funérailles

Noela Rukundo a échappé au meurtre presque parfait. Image: Capture d'écran/Washington Post

Noela Rukundo a échappé au meurtre presque parfait. Image: Capture d’écran/Washington Post

Une Australienne dont le meurtre avait été commandité par son mari a été épargnée par le tueur. Elle a refait surface lors d’une veillée.

La presse anglo-saxonne relate ce vendredi l’incroyable histoire de l’Australienne Noela Rukundo qui a échappé à l’assassinat commandité par son mari et est venue interrompre ses propres obsèques en criant «Surprise! Je suis toujours vivante!»

La mère de trois enfants explique à la BBCqu’elle s’est rendue l’année dernière dans son Burundi natal pour l’enterrement de sa belle-mère (épouse de son père).

Déprimée à la fin de la cérémonie, elle rentre à l’hôtel. L’appelle alors son mari, resté en Australie, qui lui suggère de prendre l’air pour se changer les idées.

Des tueurs à gages, qui attendent la jeune femme à un recoin, la kidnappent et la conduisent les yeux bandés dans une maison, depuis laquelle ils appellent son mari. Ce dernier, sur hauts-parleurs, leur dit simplement: «tuez-la».

«On ne tue pas les femmes et les enfants»

Après avoir raccroché, le kidnappeur lui lance: «On ne te tuera pas. On ne tue pas les femmes et les enfants». Il lui fait remarquer que son mari les a de toute façon déjà payés deux mois plus tôt. Ils lui donne trois jours pour quitter le pays, avec toutes les preuves permettant d’incriminer son mari.

Entre temps, ce dernier annonce la mort tragique de sa femme dans un accident et commence à recueillir les dons de ses proches lors de veillées en son honneur.

De retour en Australie, alors que s’éloigne un groupe de proches endeuillés venus lui «rendre hommage», elle se poste devant son mari pour lui faire la «surprise». D’abord terrifié et croyant à un fantôme, ce dernier hurle finalement «Je suis désolé pour tout!»

Acculé, il avouera à sa femme et à la police australienne qu’il avait souhaité sa mort par jalousie. «Il croyait que j’allais le quitter pour un autre homme». Il a été condamné en février 2015 à neuf ans derrière les barreaux. «Je vais relever la tête et être une femme forte. Ma situation, ma vie passée? C’est derrière moi. Je commence une nouvelle vie maintenant» lance la jeune femme.

©lematin


Tags assigned to this article:
AustralieFemmefunéraillesinterrompt

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils