home Brazzaville, Congo Un accord de partenariat signé entre Brazzaville et Cotonou

Un accord de partenariat signé entre Brazzaville et Cotonou

Hugues Ngouélondélé et Nicéphore Soglo
Les maires de Brazzaville et de Cotonou signant la Convention de jumelage

Les maires de ces municipalités, Hugues Ngouélondélé et Nicéphore Soglo, ont parafé le 10 janvier à Brazzaville la Convention de jumelage et de coopération entre les deux villes. Cet acte a été posé lors de la cérémonie d’ouverture de la session ordinaire d’essence budgétaire du Conseil départemental et municipal de la ville capitale.

Procéder à des échanges permanents de connaissance et d’expérience dans tous les domaines de la gestion urbaine en vue du développement économique, technique, social et culturel des populations est l’un des objectifs visé par ladite convention.

En application de cet accord, les mairies de Brazzaville (Congo) et de Cotonou (Bénin) se sont engagées à promouvoir leurs échanges dans les domaines de l’administration et de gestion municipale ; de l’éducation ; du développement économique, commercial et touristique. Il s’agit, entre autres, de la formation, du recyclage et du perfectionnement des agents municipaux ; des échanges d’expériences dans la gestion urbaine, la voirie et l’aménagement des espaces verts et des loisirs ; l’expérience en TIC dans la gestion municipale ; ainsi que la gestion des marchés domaniaux. Sont également prévus dans cet accord l’exposition et vente des objets d’arts, l’organisation des manifestations touristiques et culturelles ; l’octroi des bourses et une spécialisation ; des échanges économiques et commerciaux ; organisation des forums économiques et la promotion des PME et des microcrédits.

Pour réaliser ces programmes, les deux villes s’attacheront à rechercher les financements, notamment sur les plans bilatéral et multilatéral. « Le tout n’est pas de construire. Ce qui est fondamental, c’est maintenir une ville propre. Donc il faut des ressources. Pour ce faire, les gouvernements de nos pays doivent mener des démarches auprès des institutions financières internationales afin de les amener à prêter directement aux métropoles de nos états, dont la capacité financière est avérée à cet effet », a déclaré le maire de Cotonou Nicéphore Soglo ; avant de poursuivre : « L’autonomie financière réelle, le renforcement des capacités financières et techniques des villes africaines sont vraiment nécessaires et urgents, eu égard au défi majeur auquel elles sont confrontées et seront confrontées d’ici à 2050. Gouverner c’est prévoir ».

Vu les potentialités économiques et culturelles des deux villes et les possibilités d’échanges dans divers secteurs, une commission permanente de suivi et de coordination de ladite coopération, constituée de six membres, sera instaurée et co-présidée par les deux maires. Cette commission se réunira, une fois par an, en session ordinaire, alternativement dans l’une et l’autre ville. En cas de nécessité, cette commission peut se réunir en session extraordinaire. Sur la base de cet accord, les parties contractantes pourront conclure des protocoles dans les domaines autres que ceux cités dans le programme d’application. En vigueur dès sa signature, cette convention pourra être complétée ou modifié d’un commun accord, en cas de besoin.

Cependant, la première session ordinaire d’essence budgétaire du Conseil départemental et municipal de Brazzaville, qui se tient du 10 au 19 janvier, a à son ordre du jour cinq affaires, ayant toutes un caractère financier. Il s’agit de l’examen et l’adoption du budget du Conseil départemental et municipal de Brazzaville exercice 2015 ; du programme d’investissement du conseil départemental, exercice 2015 ; du compte administratif et de gestion de la commune de Brazzaville, exercice 2014 ; et l’examen et l’adoption du projet portant règlement définitif du budget de la commune, exercice 2014. « Ces affaires nous donnerons de la matière aux fins de capitaliser des initiatives nouvelles qui nous permettront de réaffirmer concrètement notre volonté promis de poursuivre notre action pour le mieux-être de nos concitoyens. Le budget se forme essentiellement sur les orientations du programme d’investissement du Conseil municipal exercice 2015. Il incombe à notre Conseil de traduire en acte concret les directives qui sont consignées dans le plan d’action quinquennal 2014-2019 », a conclu Hugues Ngouélondélé. Procéder à des échanges permanents de connaissance et d’expérience dans tous les domaines de la gestion urbaine en vue du développement économique, technique, social et culturel des populations est l’un des objectifs visé par ladite convention.

© Adiac-Congo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils