Tchad: Deby annonce la « naissance » d’une 4ème république

Le président tchadien Idriss Déby Itno. © REUTERS

Le président tchadien Idriss Déby Itno a annoncé la mise en place d’une 4ème république à l’ouverture d’un forum sur les réformes institutionnelles au Tchad, boycotté par l’opposition, qui a débuté lundi et s’achèvera le 27 mars.

« Point n’est besoin de rappeler que l’exercice auquel vous êtes conviés est capital. Il s’agit de la naissance de la 4e République », a-t-il déclaré au palais présidentiel à l’ouverture du forum national sur les réformes institutionnelles – les premières depuis l’adoption de la Constitution de 1996.

Boycotté par l’opposition et une partie de la société civile qui avaient été invités à participer à sa préparation, le forum s’est ouvert avec plus de 700 participants dont l’ex-président tchadien Goukouni Weddeye, des chefs religieux traditionnels, des membres du gouvernement et de la diaspora.

Il devrait aboutir à un allongement de la durée du mandat présidentiel de 5 à 7 ans, renouvelable une fois, à la création d’un Sénat ou encore à la refonte des régions.

Selon M. Déby, « si nous estimons que la fédération ou la régionalisation est le schéma idéal qui convient à notre pays, il ne faut avoir aucune crainte de nous engager sur cette voie et de vivre de nouvelles expériences ».

« Ce forum est un lieu privilégié pour Déby de prolonger son régime. On fait du sur place », a déclaré à l’AFP par téléphone depuis Libreville l’ex-candidat à la présidentielle de 2016, l’opposant Saleh Kebzabo, qui a boycotté l’événement.

« Les problèmes du Tchad sont ailleurs. Les Tchadiens ne mangent pas à leur faim, les enfants ne vont pas à l’école… Quand va-t-on réformer en profondeur tout le système? », a-t-il ajouté, précisant que la corruption mine le pays: « on aurait aimé la création d’une commission des biens mal acquis ».

En novembre, le président tchadien a été cité dans une affaire de pot-de-vin aux Etats-unis qui implique aussi l’ancien ministre sénégalais, Cheikh Tidiane Gadio.

Une partie de la société civile envisage d’organiser un contre-forum le 23 mars, avec « au moins une dizaine d’organisations ». Il « consistera à étaler au grand jour les objectifs voulus par Déby lors de ce forum », a expliqué à l’AFP par téléphone Mahamat Nour Ibedou, président de la Commission tchadienne des droits de l’homme (CTDDH).

Pays pétrolier d’environ 15 millions d’habitants où près de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté, le Tchad a été frappé par la chute du prix du baril en 2014.

Le pays a connu deux mois de grèves des fonctionnaires qui protestaient contre des mesures d’austérité avant qu’un accord syndicats-gouvernement ne soit trouvé la semaine dernière.

Par l’AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale. Des guerres et conflits à la politique, au sport, au spectacle jusqu’aux grands développements en matière de santé, de sciences ou de technologie.


Tags assigned to this article:
DebyTchad

Related Articles

Cameroun: Yaoundé, une ville où il fait bon vivre

Le cabinet conseil Mercer a récemment publié le classement 2017,  des villes du monde sur la qualité de vie, plaçant

RDC – A Beni , des habitants refusent les funérailles de l’État

Le massacre de plusieurs dizaines de civils dans la nuit de samedi à dimanche à Beni, dans l’est de la

Zambie : le président Lungu menace de licencier les fonctionnaires qui contrarient ses programmes

Le président zambien Edgar Lungu a menacé lundi de licencier les fonctionnaires qui contrarient les programmes que met en place

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils