Sommet Inde-Afrique : le ministre Gakosso a quitté précipitamment New Delhi

 

Jean-Claude Gakosso

Jean-Claude Gakosso, le ministre congolais des Affaires étrangères, s’adressant à l’ONU, le 25 septembre 2015.|Reuters

Le sommet Inde-Afrique aura été le spectacle d’une certaine fébrilité dont fait preuve aujourd’hui l’Etat Congolais. Présent à New Delhi, le ministre des affaires étrangères congolais, Jean-Claude Gakosso a quitté dans la nuit du 28 au 29 octobre la capitale indienne sans explications. Mais pourquoi donc Ngakosso a quitté si précipitamment New Delhi?

Le sommet Inde-Afrique est le grand rendez-vous d’octobre avant de retrouver la COP 21 à Paris et les enjeux environnementales qui placent l’Afrique au coeur des solutions pour lutter contre le changement climatique. Mais, à la grande surprise des observateurs à New Delhi, le patron de la diplomatie congolaise a choisi de rentrer à Brazzaville et d’abandonner ses compères. Jean-Claude Gakosso, présent à la réunion ministérielle du 28 octobre 2015, a donc sur appel du Président Denis Sassou Nguesso, prit le chemin du retour laissant ainsi le fauteuille du Congo vide.

 

Coïncidence à ce départ inopiné, on apprend par des sources introduites à Paris et à Brazzaville, que le Président Denis Sassou Nguesso aurait fait en toute discrétion un aller-retour à Paris. Rien à pour l’heure filtrer sur les échanges entre le numéro un congolais et les autorités françaises.

Pour rappel, le projet de nouvelle constitution permettant au président congolais Denis Sassou Nguesso de se représenter en 2016 « a été adopté » à plus de 92 % à l’issue du référendum. L’opposition, qui a boycotté le scrutin, dénonce une « fraude ».

©OEILDAFRIQUE

 

Oeil D'Afrique

Oeil D'Afrique

Site panafrician. Journal en ligne avec des correspondants dans les grandes villes africaines.


Tags assigned to this article:
ministre GakossoNew DelhiSommet Inde-Afrique

Related Articles

Congo: les participants au dialogue national recommandent le changement de la Constitution

Les participants au dialogue national Sibiti 2015 se sont remis au libre arbitre du Chef de l’Etat, garant des institutions,

Congo – Débat sur la constitution : L’opposition rejette l’idée d’un référendum

Le collectif des partis de l’opposition congolaise signataires de la déclaration du 17 août 2012 a animé une conférence de

Congo – Diables rouges : Barthélémy Ngatsono succède à Pierre Lechantre

La Fédération congolaise de football (Fécofoot) vient de nommer Barthélémy Ngatsono entraineur national. Il remplace à ce poste le technicien

2 comments

Write a comment
  1. DOMINIQUE MAF
    DOMINIQUE MAF 1 novembre, 2015, 02:12

    TOKOTIKA TE…..32 ANS AU POUVOIR SASSOUFIT……ET, LA CHARTE AFRICAINE SUR LA DÉMOCRATIE ET LES ÉLECTIONS QUI EST MÊME INITIÉE PAR LE CONGO…… SASSOU A PEUR DE NOTRE CHARTE QUI EST AU DESSUS DE TOUTES LES LOIS…..DE NOS JOURS UNE INSTITUTION SÉRIEUSE NE PEUT PLUS ACCEUILLIR UN TYRAN QUI NE SE MAINTIEN AU POUVOIR QUE PAR LES ARMES……

    Reply this comment
  2. zahoud
    zahoud 2 novembre, 2015, 16:22

    OK

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils