Santé : Au Congo, les médicaments sont rares et chers !

Santé : Au Congo, les médicaments sont rares et chers !

pharmacie au congo brazzaville

Image d’archive|© DR

Selon deux études réalisées par le Ministère de la santé et de la population et par l’O.m.s-Congo, l’accès au médicament reste un défi à relever au Congo, pour le système de santé. Le pays est confronté aux problèmes de disponibilité, d’accessibilité, de distribution et des prix prohibitifs des médicaments.

La restitution des deux études réalisées en 2014 sur les besoins, la disponibilité et les prix des médicaments, a eu lieu, jeudi 23 avril 2015, dans la salle de conférence de la représentation de l’O.m.s-Congo, à Brazzaville, sous le patronage de Benjamin Ossombo, conseiller administratif et juridique du ministre de la santé et de la population. En présence du Dr Fatoumata Binto Diallo, représentante de l’O.m.s, et de Mme Barbara Laurenceau, représentante de l’Unfpa (Fonds des Nations unies pour la population). L’objet de ces deux études est de rechercher des solutions pour améliorer la disponibilité, la distribution et baisser les prix des médicaments.

L’analyse de la situation par les deux études a révélé que le médicament reste un défi à relever, au Congo, pour le système de santé. Pourtant, le médicament est conçu comme une matière essentielle à la santé. Malheureusement, le pays est confronté à un problème de disponibilité, de distribution et à des prix prohibitifs des médicaments. Ainsi, l’accessibilité aux médicaments n’est plus possible à toute la population. A ce titre, le système de santé ne peut être convenable dans sa mise œuvre, car la disponibilité et l’accessibilité au médicament ne sont pas assurées.
Les progrès réalisés par le Congo dans l’accessibilité aux médicaments essentiels, par exemple, ont été entravés par l’effondrement de la centrale publique d’achat. Les formations sanitaires sont contraintes à s’approvisionner en dehors du système national d’approvisionnement, avec pour conséquence la présence de médicaments princeps ou de spécialité, dont le coût est plus élevé dans les formations sanitaires.
Après ce constat, les études proposent des solutions, à travers des recommandations, entre autres:
– mettre en place une véritable centrale d’achat devant organiser les acquisitions des médicaments, selon les principes compétitifs de l’appel d’offre;  
– mettre en application la loi sur la substitution des médicaments;  
– renforcer la promotion du médicament générique, y compris dans le secteur privé.
Pour Mme Fatoumata Binto Diallo, «depuis bientôt cinq ans, le Congo est à la recherche des meilleures stratégies, pour s’assurer la disponibilité et l’accessibilité du médica-ment. C’est pourquoi, au courant de l’année 2014, deux études ont été réalisées. La première a porté sur l’identification des besoins nationaux en médicaments, avec l’appui de l’O.m.s au Ministère de la santé et de la population. Cette étude a permis d’apprécier la consommation des formations sanitaires en médicaments, mais aussi, d’évaluer la part du circuit officiel dans la satisfaction des besoins des centres de santé et hôpitaux. Une deuxième étude, complémentaire à la première, a été réalisée par l’O.m.s, avec l’approbation du Ministère de la santé et de la population. Elle a porté sur la disponibilité et les prix des médicaments. Cette seconde étude a fourni des informations claires sur l’accessibilité des médicaments, notamment pour les populations les plus défavorisées. Car, les efforts pour améliorer la disponibilité des médicaments seraient vains, si les populations ne peuvent les acquérir, en raison de leurs prix  élevés, dans les formations sanitaires».
Selon Benjamin Ossombo, «le gouvernement a pris la mesure de tous ces problèmes. Aujourd’hui, on peut dire qu’il est en train de mettre en œuvre une politique pour répondre à tous ces problèmes».
Signalons que la présentation des deux études était faite par le Dr Ray  Mankélé, conseiller pharmaceutique de l’O.m.s au Congo.

Philippe BANZ  / La semaine Africaine


Tags assigned to this article:
CongoSante

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils