Connect with us

Hi, what are you looking for?

Ici Brazza
[GARD align=« center"]

International

Sans papiers, des familles congolaises vivotent à Rennes

« Là-bas, les gens se font enlever. Mais sans papiers, je ne peux rien faire en France, je suis comme un bébé. » Chantal, qui squatte avec une vingtaine de migrants de la République démocratique du Congo (RDC) une maison bourgeoise de Rennes, galère depuis quatre ans pour obtenir un statut protecteur dans l’Hexagone.

Dans la cuisine, cette Congolaise de 35 ans, mère de trois enfants âgés de 5, 7 et 14 ans, s’affaire autour d’un poulet au manioc, qui mijote pour les quelque 25 occupants.

Comme les autres adultes présents, elle arbore une mine défaite. Malgré les difficultés rencontrées à Rennes, impossible pour ces déboutés de l’asile d’envisager un retour en RDC, où ils disent avoir été victimes de persécutions. En 2016, la RDC était le 6ème pays et le 2ème d’Afrique pour les demandes d’asile, selon l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). Mais le sort de ces réfugiés, contrairement à ceux de conflits comme la Syrie ou l’Irak, est mal connu.

« L’État français justifie son refus d’accorder l’asile en expliquant que les demandeurs sont trop +évasifs+, mais quand les Congolais fuient leur pays, ils ne savent même pas qu’ils vont devoir faire une demande d’asile. Ils partent sans documents, d’autant que l’administration congolaise, c’est le chaos. Et s’ils reviennent, c’est la prison », explique à l’AFP Jean-Willy Mbuko-Bayanga, pasteur et militant des droits de l’homme congolais.

Sans statut en France, ils vivent une errance forcée, y compris à Rennes, ville citée en exemple pour sa politique du logement. « Nous avons été dans un foyer, à l’hôtel, par-ci par là à Saint-Malo, Vitré ou Fougères, à la rue quand il n’y a plus de place », raconte Chantal, arrivée en France en 2013 et déboutée de l’asile en 2015.

Difficile pour leurs enfants de suivre une scolarité normale, soulignent les militants du collectif rennais Carpes. Il y a une semaine, ces derniers ont réquisitionné la coquette maison de briques rouges, destinée à être transformée en logements et bureaux, pour y introduire les migrants, majoritairement femmes et enfants.

Sur la façade, une banderole proclame: « Nous dormons dehors alors que des logements sont vides ». Les enfants courent en tous sens, presque insouciants.

Le promoteur immobilier Lamotte, propriétaire des lieux, a indiqué avoir « fait constater par huissier l’occupation illégale ». Selon les militants, une procédure d’expulsion est en cours.

LIRE LA SUITE SUR 24MATINS

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A LIRE SUR ICI BRAZZA

Pointe Noire

Cet incident s’est produit dans la soirée du samedi 11 avril, sur le tarmac de l’aéroport international de Pointe-Noire. Cet Airbus A330 d’Air France...

Congo

  Le général de division Guy Blanchard Okoî, chef d’état-major général des forces armées congolaises (FAC) a instruit et ordonné tout le commandement de...

Pointe Noire

Un Chinois a été surpris sur une route du centre-ville de Pointe-Noire le matin du mercredi 18 mars 2020, par le mauvais comportement de...

International

Des secteurs essentiels comme celui de l’agriculture souffrent du manque de main-d’oeuvre qui menace les récoltes. Un décret va permettre la régularisation d’environ 200.000...

Copyright © 2020 ICI BRAZZA. Edité par Kair Group.

Aller à la barre d’outils