home RD Congo Sanctions des Etats-Unis contre Kanyama: Kinshasa rejette la décision de Washington

Sanctions des Etats-Unis contre Kanyama: Kinshasa rejette la décision de Washington

La RDC scruterait déjà la possibilité de réagir à la sanction américaine contre le commandant de la police/ville de Kinshasa en se fondant sur le principe de la réciprocité régissant les relations internationales. 

Les Etats-Unis qui, depuis quelques semaines déjà, entrevoyaient la possibilité d’appliquer des sanctions en réponse au schéma croissant de l’oppression en RDC en ciblant des personnalités congolaises impliquées, viennent de passer à l’acte. Depuis jeudi 23 juin, le commissaire provincial de la police nationale congolaise à Kinshasa Célestin Kanyama est sous le coup des sanctions pour « violences envers des civils ». Il est reproché à l’incriminé notamment son implication personnelle dans les déviations ayant caractérisé l’opération « Likofi » menée tambour battant contre le gangstérisme urbain laquelle aurait tourné à une véritable chasse à l‘homme, mais aussi, son activisme dans la répression des manifestations de l’opposition. 

Première personnalité à être visée par les sanctions ciblées des Etats-Unis contre les responsables congolais, le général Kanyama n’aura plus accès à ses avoirs basés aux Etats-Unis. Tous ses avoirs dans ce pays ou en possession de citoyens américains sont, de ce fait, gelés et « tous les citoyens américains sont interdits d’effectuer des transactions avec lui ». Ainsi précise le communiqué du Bureau de contrôle des avoirs étrangers du Département du Trésor.

À Kinshasa, cette décision américaine est loin de l’effet d’une bombe. La sérénité continue à être de mise au niveau du gouvernement qui y voit une atteinte à la souveraineté de la RDC. Ces sanctions décidées par l’administration américaine à l’encontre des responsables congolais risquent de mettre en péril les relations entre les deux Etats, se convainquent de nombreux analystes. Pour l’ambassadeur Barnabé Kikaya Bin Karubi, Conseiller principal du chef de l‘Etat en matière des questions diplomatiques cité par Jeune Afrique, cette décision est simplement symbolique pour autant que le commandant de la police dans la ville de Kinshasa ne dispose pas d’avoirs aux États-Unis, ni d’ailleurs en Europe. Il a déclaré tenir ce détail du concerné lui-même.

Il révèle par ailleurs qu’il s’agit là, « d’une décision du président Barack Obama lui-même, un executive order qui n’était pas soumis à l’appréciation de la Chambre des représentants ni du Sénat ».  Et d’asséner : « La RDC ne voit pas l’impact qu’auront ces mesures et regrette toutefois cette ingérence des Etats-Unis dans le domaine de maintien de l’ordre public à Kinshasa ». La RDC scruterait déjà, d’après lui, la possibilité de réagir en se fondant sur le principe de la réciprocité qui régit les relations internationales. Pour le porte-parole de la Majorité présidentielle André-Alain Atundu, les Etats-Unis devraient user des voies diplomatiques plutôt que d’imposer des sanctions. « La coopération internationale suppose le respect de la souveraineté de chaque Etat. Si les Etats-Unis avaient une décision quelconque à prendre vis-à-vis d’un général, ils devaient passer par des voies diplomatiques », a-t-il indiqué tout en affirmant que toutes ces mesures sont excessives et contestables.

Alain Diasso

TAGS:

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils