Roch Marc Christian Kaboré : « Il appartient aux Africains de changer les règles du jeu sur le franc CFA »

le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré

Le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré

Les Africains « peuvent changer les règles du jeu » du franc CFA, a estimé dimanche le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, qui soutient la création prochaine d’une monnaie commune aux pays d’Afrique de l’ouest. Monnaie commune utilisée par 15 pays francophones d’Afrique de l’ouest et du centre (155 millions d’habitants), liée à l’euro par un système de parité fixe, le « CFA » fait débat: considéré comme un facteur de stabilité par ses défenseurs, il est jugé par ses détracteurs comme un frein au développement des pays aux économies fragiles.

Pour garantir sa parité, les Etats africains doivent déposer 50% de leurs réserves de change auprès du Trésor français, ce qui entame leur souveraineté, selon certains économistes. « Nous pouvons tout à fait changer les règles du jeu, ils appartient aux Africains de le décider », a estimé M. Kaboré, lors d’une interview à Ouagadougou avec des journalistes de TV5 Monde, RFI et Le Monde. « Au niveau de la Cédéao nous avons engagé un processus pour mettre en place une monnaie » commune, a-t-il rappelé, en jugeant que celle-ci pourrait être créée « très prochainement ».

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest a réitéré fin octobre sa volonté de créer dès 2020 une monnaie unique pour ses 15 pays membres qui emploient actuellement huit monnaies différentes, dont le franc CFA. Mais ce calendrier paraît difficile à tenir en raison des écarts macro-économiques persistants entre les différents pays de la zone et des réserves du Nigeria, poids-lourd de la région.

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale. Des guerres et conflits à la politique, au sport, au spectacle jusqu’aux grands développements en matière de santé, de sciences ou de technologie.


Tags assigned to this article:
BurkinaCfaFranc CFARoch Marc Christian Kaboré

Related Articles

Au grand marché de Kinshasa, « même le prix du piment a augmenté »

« Ici, les prix ont vraiment grimpé depuis cette affaire du taux de change qui augmente chaque jour », remarque Sandra Umba

Kenya : Une député propose la grève du sexe

Une député de l’opposition kenyane a demandé aux femmes de son pays de priver les hommes de sexe jusqu’à ce

Véhicules électriques : les Bluecars de Bolloré débarquent à Brazzaville

Une soixantaine de Bluecars, les véhicules électriques développés par Bolloré, doivent être livrés à Brazzaville, la capitale de la République

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils