Robert Stéphane Tchitchelle entre dans le Panthéon de l’histoire du Congo

Robert Stéphane Tchitchelle entre dans le Panthéon de l’histoire du Congo

le monument de Robert Stéphane Tchitchelle

Le monument de Robert Stéphane Tchitchelle|DR

L’acte de rappeler à la mémoire collective nationale, ce « glorieux personnage qui a servi le Congo honorablement », a été posé, le 27juin 2015 à travers le dévoilement de l’imposable et gigantesque monument que lui est dédié, par le ministre de la Culture et des arts, Jean Claude Gakosso, représentant le président de la République.

Située à l’intersection du boulevard Denis Sassou N’Guesso et l’avenue Loutassi derrière la maison commune du quatrième arrondissement Moungali, la stèle de Robert Stéphane Tchitchelle, est la suite d’une vaste opération qui a débuté depuis cinq ans avec l’inauguration de la colombe de l’indépendance à la place du rond-point de la Coupole, de l’Obélisque du millénaire au rond-point Moungali, de la place de la Colombe de la paix au rond-point Poto-Poto, et de la débaptisation avec les statuts des premiers hommes politiques du Congo, à savoir : l’Abbé Fulbert Youlou (premier président de la République ) au rond-point de la mairie centrale de Brazzaville, Jacques Opangault (vice-président du Conseil de Gouvernement) au rond-point de la poste, sans oublier les Allées piétonnes de la Place de la Gare et de la Place Mariale avec les personnages de l’histoire culturelle, du Congo, d’Afrique et du monde.

L’érection de ces monuments et autres bustes, est une manière de conduire le peuple congolais vers la réappropriation de son histoire à travers la culture. Car l’histoire, s’écrit et se lit à travers les documents produits par les historiens mais aussi et surtout, à travers les monuments dédiés à ces illustres personnages qui ont marqué une certaine l’histoire du pays.

Dans son mot d’usage, le directeur général du patrimoine et des archives, Joseph Itoua, a déploré l’ attitude de certains détracteurs qui considèrent ces édifices historiques comme étant des lieux de fétichisme et par conséquent, n’hésitent pas à les détruire pour assouvir leurs fins. Joseph Itoua a considéré cette attitude comme étant le fait de l’ignorance, précisant que c’est juste une forme et un moyen de conserver durablement  la mémoire nationale.

Pourquoi ce monument à Brazzaville et non à Pointe-Noire ?

Pour le directeur général du patrimoine et des archives, le peuple de Pointe-Noire pourrait trouver, légitimement incongru que le monument de Robert Stéphane Tchitchelle soit érigé à Brazzaville au lieu d’être à Pointe-Noire, sa ville natale, qui lui a confié son destin en 1956 en l’élisant premier maire congolais, et surtout la ville qui abrite sa tombe.  La réponse à cette question, dit-il, est celle que monsieur le président de la République, a justement su donner quand il a instruit le ministre de la culture et des arts, d’ériger le monument en mémoire de cet illustre homme d’État, l’un des pionniers de la politique congolaise, l’un des pères de la République du Congo.

En effet, au regard des hautes fonctions que Robert Stéphane Tchitchelle a occupées  les charges qu’il a portées pour son peuple, l’érection du monument à son honneur s’impose à Brazzaville, capitale de la République du Congo. « Cet édifice que vous allez dévoiler tout de suite, érigé à Brazzaville comme ceux en mémoire des présidents Abbé Fulbert Youlou, Jacques Opangault, Marien Ngouabi et d’autres, aura le mérite de pérenniser le souvenir de ceux qui, chacun en son temps et son rang, a participé à la belle histoire du Congo. Aux citoyens illustres, la nation reconnaissante », a déclaré Joseph Itoua.

Très émus de la reconnaissance de la République à Robert Stéphane Tchitchelle, les parents, à travers par le représentant de la famille Tchibanda, ont remercié le Gouvernement congolais en ces termes. « En ce jour mémorable, nous enfants, petits enfants de Robert Stéphane Tchitchelle, aimerions très sincèrement remercier le président de la République, le Gouvernement de la République, et la nation congolaise toute entière d’avoir décidé ici et maintenant, d’honorer ou de faire entrer dans la mémoire de l’histoire du Congo, l’homme d’Etat qui était Robert Stéphane Tchitchelle selon la brillante biographie restituée par le directeur général du patrimoine et des archives. Comme il est dit sous d’autres cieux, aux grands hommes la nation reconnaissante. Merci et merci encore d’avoir fait rentrer notre cher parent au Panthéon de l’histoire du Congo ».

© Adiac-Congo


Tags assigned to this article:
CongoRobert Stéphane Tchitchelle

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils